Monde États-Unis

Des victoires trans porteuses d’espoir

Dans l'Amérique de Trump, où la question transgenre sert trop souvent de repoussoir, plusieurs personnalités gay et trans ont réussi de brillantes élections, mardi.

9 nov. 2017 | par

roem-jenkins-tyler
Danica Roem, Andrea Jenkins (en haut) et Tyler Titus.

Pile un an après le choc provoqué par le triomphe surprise de Donald Trump à la présidentielle, l’Amérique progressiste reprendrait-elle du poil de la bête? Le résultat des élections locales disputées mardi donne en tout cas le sentiment que les lignes bougent, notamment avec une série de victoires pour les LGBT. La plus symbolique a sans doute été célébrée en Virginie, où un député républicain sortant, Bob Marshall, se cramponnait à son siège depuis 26 ans. Conservateur forcené, le septuagénaire avait été l’un des artisans de l’interdiction du mariage gay au niveau de l’Etat – aujourd’hui abrogée – et, plus récemment, du «bathroom bill», qui interdit aux personnes trans l’accès aux toilettes publiques correspondant à leur genre.

Au nom de la «protection des traditions», Marshall avait ainsi fait de la lutte contre les droits LGBT sa marque de fabrique, se proclamant même «homophobe en chef». Et quand une candidate trans, Danica Roem, s’est lancée contre lui, Marshall a carrément refusé de débattre avec elle, s’obstinant à la désigner en utilisant le genre masculin. Son arrogance n’a pas payé: la journaliste de 33 ans – par ailleurs aussi chanteuse d’un groupe de heavy metal – a remporté la bataille avec 54% des voix, grâce à une campagne axée sur les problèmes de transports et d’infrastructure. «Les gens en ont marre de voir [Bob Marshall] se focaliser sur des politiques sociales discriminatoires plutôt que sur les questions concrètes de qualité de vie auxquelles ils font face quotidiennement. Il est plus intéressé par mes déplacements aux WC que par les déplacements de ses administrés pour se rendre au travail», avait résumé la candidate pendant sa campagne.

Noire, trans et élue
La victoire de Roem n’est pas la seule enregistrée samedi soir par les trans américains. En ville de Minneapolis, Andrea Jenkins est devenue la première Noire trans à accéder à un siège législatif, avec un score fleuve de 73% des voix. En Californie, Lisa Middleton a accédé au conseil municipal de Palm Springs tandis que Tyler Titus était élu en Pennsylvanie dans un conseil scolaire – là aussi une première pour un trans.

Seattle, pendant ce temps, a élu mardi sa première femme maire depuis 1920 et la première ouvertement lesbienne. La démocrate Jenny Durkan, 59 ans, ancienne syndicaliste et avocate devenue spécialiste du cybercrime auprès de Barack Obama, a obtenu 60% des voix dans cette métropole de 700’000 habitants.

Partager sur
Mise à jour 10.11.2017 10:00
1 441 vues

Un commentaire

  1. Par benji:

    Un espoir ? En démocratie, ce sont les votants qui commandent. C’est une lapalissade que de dire cela mais quand on voit le nombre d’électeurs qui laissent les autres électeurs voter à leur place…

*


Sur le même thème

Top