Monde États-Unis

Hell, la ville qui (a brièvement) interdit les hétéros

Jeune youtubeur gay, Elijah Daniel s'est amusé à parodier la présidence Trump en promulguant un décret anti-straight dans la petite ville dont il a été le maire éphémère.

2 sept. 2017 | par

elijah-daniel-hell
Elijah Daniel, au milieu, avait un mandat de 24 heures à la tête de la communauté de 70 âmes.

Dans le pays de Donald Trump, acheter un mandat politique pour en faire n’importe quoi n’est pas forcément un loisir réservé aux milliardaires. Le youtubeur californien Elijah Daniel s’est aussi payé ce plaisir il y a quelques jours. Le jeune comédien de 23 ans a entendu parler d’une petite commune du Michigan au nom évocateur: Hell («Enfer»). Sous le slogan touristique «Go To Hell», cette minuscule localité a entrepris de se vendre comme une destination, notamment pour des mariages. Autre particularité: le poste de maire est à vendre pour 100 dollars la journée.

C’est ainsi que le 30 août dernier, Elijah Daniel a officiellement pris la tête de cette localité de 70 âmes. Le jeune homme n’a pas perdu de temps. Immédiatement, il a institué un décret… rendant illégale l’hétérosexualité sur le territoire municipal, sous peine d’une amende de 84’000 dollars. «Je prends cette mesure pour protéger notre ville des hétérosexuels radicaux… Ces straight viennent chez nous pour procréer et avoir plus d’enfants qui prendront nos boulots gay.»

Copier-coller
Ça ne vous rappelle rien? Elijah Daniel s’est amusé à reproduire mot pour mot le Muslim ban de Donald Trump, qui visait à interdire l’entrée aux Etats-Unis aux ressortissants de six pays musulmans, en remplaçant le mot «musulman» par le terme «hétérosexuel». «En grandissant on m’a toujours dit que les homosexuels iraient en Enfer, a expliqué le jeune maire, ouvertement gay. Mais maintenant, les hétéros essaient de nous retirer ça aussi!»

Mais Hell n’est décidément pas l’Amérique. Le maire Elijah Daniel a été destitué peu après la promulgation de son décret anti-hétéro, avant d’avoir pu terminer son mandat de 24 heures. L’intéressé n’en a nullement été vexé. Au contraire. «C’était super de se faire destituer, tu devrais essayer @realDonaldTrump», a-t-il tweeté à l’intention du président.

Partager sur
Mise à jour 05.09.2017 08:28
1 092 vues

*


Sur le même thème

Top