Monde Afrique

Namibie: les LGBT sortent de l’invisibilité

La capitale, Windhoek, a accueilli sa première gay pride, le week-end dernier, dans un pays où l'homosexualité n'est toujours pas formellement dépénalisée.

2 août 2017 | par

out-right-namibia
Photo: Out-Right Namibia/FB

Windhoek a connu ce samedi une première modeste, mais qui restera néanmoins dans l’histoire namibienne. Quelque 150 personnes ont pris part à une gay pride hérissée de drapeaux arc-en-ciel dans les rues de la capitale. Sous le slogan «We Are One» (Nous ne faisons qu’un), les manifestants ont réclamé une meilleure protection pour les personnes LGBT, alors que pays maintient ses antiques lois anti-sodomie, héritage de l’époque coloniale allemande. Cependant, ces textes n’auraient plus été appliqués depuis l’indépendance, en 1990.

Escortée par la police, la manifestation a été applaudie par la plupart des passants, même si plusieurs personnes ont crié des insultes aux marcheurs. «On ne demande pas de mariage, on demande des protections légales pour des couples qui vivent ensemble», a expliqué Friedel Dausab, de Out-Right Namibia, organisateur du défilé.

Tolérance
Sur le continent, seule l’Afrique du Sud voisine, pionnière dans le droit des personnes LGBT, a une tradition bien établie de gay prides. Dans d’autres pays, comme Maurice ou le Kenya, les associations peinent à organiser des événements dans l’espace public. L’étude Afrobarometer de 2016 montrait que la Namibie, 2 millions d’habitants, était un des quatre seuls pays (avec l’Afrique du Sud, le Cap-Vert et le Mozambique) où une majorité de l’opinion publique accepte ou tolère l’homosexualité.

Partager sur
Thèmes ,
Mise à jour 13.09.2017 08:33
1 102 vues

Sur le même thème

Top