Monde Syrie

Une milice queer sur le front contre Daech

Une mystérieuse «armée de libération» affirme combattre les jihadistes en Syrie sous les étendards arc-en-ciel et anarchistes, en représailles aux massacres de gays commis par l'Etat islamique.

26 juillet 2017 | par

tqila
Photo: Twitter @IRPGF

Ils sont issus des diasporas kurdes ou chrétiennes d’orient, ou ils sont de simples aventuriers: un certain nombre de volontaires internationaux gravitent déjà autour des forces kurdes en Syrie et Irak, où ils ont pris les armes contre les combattants de l’organisation Etat islamique. Voici qu’au début de cette semaine, une nouvelle milice a proclamé son existence via Twitter. Son nom est déjà tout un programme: TQILA, pour «The Queer Insurrection and Liberation Army». Son credo? «Fracasser le binarisme de genre et faire progresser la révolution des femmes tout comme la révolution sexuelle et de genre.»

Aucun détail n’est livré sur les forces dont disposent TQILA et sur l’identité de ses combattants, ni sur sa présence effective sur le champ de bataille. Le groupe aurait été formé au sein de la milice anarchiste IRPGF, elle-même constituée en avril dernier en soutien aux forces kurdes syriennes des YPG, d’obédience de gauche radicale.

Son porte-parole contacté par «Newsweek», Heval Rojhilat, est affirmatif: «Nous sommes déjà au combat à Raqqa», où l’EI est assiégé depuis quelques semaines. En guise de preuve, TQILA a publié plusieurs photos apparemment prises dans les rues d’une ville en guerre. Six hommes en treillis y déploient l’étendard de la milice (une Kalachnikov sur fond rose), le drapeau arc-en-ciel et une banderole où l’on peut lire: «Ces pédés (faggots) tuent des fascistes».

«On ne peut pas regarder sans rien faire»
Le manifeste de l’organisation queer fait référence aux attaques jihadistes ayant visé des gays – des multiples assassinats d’hommes présentés comme «sodomites» filmés par la propagande jihadiste depuis 2014, jusqu’à l’attaque du club gay d’Orlando (USA) The Pulse (49 victimes, en juin 2016). «Les images d’hommes gay lancés du haut des toits et lapidés à mort par l’EI est quelque chose que l’on ne peut regarder sans rien faire», souligne le manifeste de TQILA. Mais l’ambition du groupe est plus large, et vise à combattre «toutes les haines et attaques contre les LGBT*QI+, les tentatives pour les réduire au silence et effacer leur existence.»

Partager sur
Mise à jour 01.08.2017 08:21
2 094 vues

Sur le même thème

Top