Monde Russie

Président tchétchène visé par une plainte pour «génocide»

Devant l'inaction de Moscou, trois associations LGBT françaises veulent saisir la CPI pour qu'elle enquête sur les persécutions contre les homosexuels dans la république du Caucase.

17 mai 2017 | par

kadyrov
Ramzan Kadirov

La démarche est sans précédent. Le leader tchétchène Ramzan Kadirov est sous le coup d’une plainte pour «génocide» déposée mardi par trois associations LGBT françaises. Stop homophobie, Mousse et Comité Idaho France demandent que la Cour pénale internationale (CPI) se penche sur la vague de persécutions visant les hommes présumés homosexuels dans la république russe du Caucase.

Kadirov est «le logisticien», «l’organisateur de camps de tortures avec une volonté d’extermination des homosexuels», a déclaré Etienne Deshoulières, avocat qui représente les plaignants. Leur demande se base sur l’enquête parue début avril dans le magazine russe «Novaya Gazeta», qui faisait état d’une centaine d’arrestations et de plusieurs morts. Elle cite également un témoignage sur le meurtre d’un adolescent de 17 ans, jeté du haut d’un immeuble par un membre de sa famille – un «crime d’honneur» présumé.

Les plaignants espèrent un examen rapide de l’affaire, la Russie devant se retirer de la CPI au mois de novembre.

«Aucune plainte»
De son côté, le Parquet général russe a ouvert une enquête alors que des manifestations de soutien aux LGBT tchétchènes se multipliaient à travers le monde. Pour l’instant, Moscou tend à confirmer les dénégations officielles tchétchènes, qualifiant l’affaire de «rumeurs» et affirmant n’avoir reçu «aucune plainte». Les autorités de Grozny, quant à elles, se contentent de dénoncer une «provocation» et de répéter que les homosexuels «n’existent pas» dans la république.

Plusieurs pays occidentaux, dont le Canada, la Suède, la Finlande et l’Allemagne ont annoncé qu’ils étaient prêts à fournir des visas d’urgence pour les personnes LGBT qui fuient la Tchétchénie. Une ONG russe en aurait déjà exfiltré plusieurs dizaines.

Partager sur
Mise à jour 17.05.2017 07:18
2 435 vues

Un commentaire

  1. Par João Manuel:

    C’est un assassin, ce Ramzan Kadirov et comme tel, devra être jugé pour des crimes contre L’HUMANITÉ. Il est en connivence avec un autre assassin qui a tué et continue à tuer, c’est à dire Vladimir Poutine.
    De sales gens comme ceux-ci, doivent être eradicated of our planet. Vive la liberté. Vive la Vie sexuelle de chacun.

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top