Suisse Classement

Droits LGBTI: la Suisse reste dans le ventre mou de l’Europe

L'ILGA-Europe a publié aujourd'hui sa traditionnelle Rainbow Map. La Suisse continue d'y stagner en dépit de timides progrès.

17 mai 2017 | par

ilga-europe-rainbowmap2017

En progrès, mais toujours très en retard par rapport à ses voisins ouest-européens: la protection légale des LGBTI suisses continue d’être insuffisante, selon la Rainbow Map 2017 dévoilée aujourd’hui par l’ILGA-Europe. La Suisse obtient pour 2017 un score de 31% calculé à partir d’une somme pondérée de critères dans les domaines de l’égalité et non-discrimination, de la famille, des crimes et discours de haine, de la reconnaissance de genre et intégrité corporelle, des libertés publiques et de l’asile. Ils accordent une place renforcée, cette année, aux aménagements et protections destinées au personne trans et intersexes.

Pour la Suisse, l’ILGA-Europe relève le rejet du référendum du PDC qui tentait d’imposer une définition restrictive du mariage, tout comme un texte balayé quelques mois plus tard par les électeurs zurichois. Il prend également note de la décision du Parlement de permettre au conjoint de même sexe d’adopter l’enfant de son/sa partenaire. Toutefois, aucun progrès concret n’a été fait en matière de reconnaissance de la transphobie et de l’homophobie.

.

Cliquer pour agrandir

Malte en tête
Dans le classement international, Malte (premier pays du continent à interdire les «thérapies de conversion»), la Norvège et le Royaume-Uni occupent les trois premières positions, tandis que l’Arménie, la Russie et l’Azerbaïdjan apparaissent comme les pays où le sort des LGBTI est le plus précaire. Dans le ventre mou de ce classement, la Suisse, 26e sur 49 pays, est désormais talonnée par l’Italie (29%), qui s’est enfin dotée d’une union civile au cours de l’année passée. Très loin de la France (71%), de l’Autriche (56%) et de l’Allemagne (54%).

L’ILGA-Europe se dit préoccupée du ralentissement des progrès enregistrés à travers le continent et du caractère précaire de certaines conquêtes, alors que la situation à l’Est (Caucase, Turquie, Europe centrale) tend à se détériorer. «Au sommet de la Rainbow Map, il reste du travail à faire pour assurer aux personnes LGBTI une vie libre, et à l’autre bout du classement, on voit des gens qui craignent littéralement pour leur vie. La tâche de notre mouvement est loin d’être achevée», résume Evelyne Paradis, directrice exécutive de l’organisation.

» rainbow-europe.org

Partager sur
Thèmes ,
Mise à jour 22.05.2017 08:14
5 227 vues

Sur le même thème

Top