Monde Russie

Mobilisation contre les rafles antigay en Tchétchénie

Les informations alarmantes sur la situation des homosexuels dans la république russe se multiplient. Une manif est prévue ce jeudi soir à Berne.

13 avril 2017 | par

londres-tchetchenie-manifestation
A Londres quelques centaines de personnes ont protesté mercredi devant l'ambassade de Russie.

Les protestations contre les persécutions d’homosexuels présumés en Tchétchénie prennent de l’ampleur à travers le monde. Parmi d’autres pays, les Etats-Unis et la France ont exprimé leur préoccupation face aux informations faisant état de rafles antigay dans la république russe du Caucase.

C’est le magazine moscovite Novaya Gazeta qui évoqué pour la première fois, au début du mois, l’arrestation d’une centaine d’hommes soupçonnés d’être gays. Divers médias et ONG ont, depuis, rassemblé des informations concordantes sur les tortures perpétrées sur les détenus, forcés de livrer les noms d’autres homosexuels. Un camp militaire à Argun servirait de centre pour ces exactions, apparemment commises sous l’ordre du président du Parlement tchétchène Magomed Daoudov. Au moins trois hommes auraient péri lors de ces opérations.

Traqués
«Le Temps» a recueilli le témoignage d’un Tchétchène qui a fui la république avant le début des rafles. «Mes connaissances se sont mis à disparaître un à un du réseau social où nous dialoguions. Il est devenu évident que nous étions traqués», raconte Emir (prénom d’emprunt). La menace était dans l’air depuis des mois. Le jeune homme avait été la cible d’un chantage: «J’ai été obligé de payer, mais je sais que tôt ou tard, ils parleront. Pour ma famille, c’est le déshonneur et je pense qu’ils me tueraient.»

Du côté des autorités de Grozny, ces opérations anti-gay ont été qualifiés de «poisson d’avril». Selon le porte-parole du leader local Ramzan Kadyrov, elles n’existent pas… pour la simple raison qu’il «n’existe pas d’homosexuels en Tchétchénie». Le Kremlin a balayé les informations en conseillant aux personnes pourchassées… «de porter plainte auprès du ministère tchétchène de l’Intérieur».

Appel au Conseil fédéral
En Suisse, Pink Cross et plusieurs mouvements politiques et associatifs organisent une manifestation ce jeudi soir à Berne. Ils appellent le gouvernement suisse à condamner la répression en cours en Tchétchénie et à proposer aux autorités russes et locales une action humanitaire en faveur des personnes en danger de mort dans la république du Caucase. Le rassemblement démarrera à 19h sur la Place fédérale.

Partager sur
Mise à jour 16.04.2017 07:58
2 591 vues

Sur le même thème

Top