Tendances Mode

Transmutation

La marque Tilly And William épate par son approche queer de la mode qui intègre versatilité, confort et respect de l’environnement. High-fashion, low-impact!

16 février 2017 | par

tilly-and-william
DR

Jessica Lapidos alias Tilly et Tom Barranca alias William s’imposent des règles strictes pour mener leur barque. Avant qu’une pièce Tilly And William passe à la production, elle doit satisfaire quatre critères indispensables: exclure toute considération liée au genre, se convertir pour se porter différemment, être agréable au toucher et permettre une grande liberté de mouvement. «Nos pièces visent à élargir la façon d’appréhender l’habillement», nous précise Tilly. «Chacun peut imprimer sa personnalité sur l’habit et pas le contraire. La versatilité répond également à des besoins pratiques comme celui de s’adapter à une météo changeante ou un mood différent, mais surtout à bouger sans gêne.» Une seule pièce, mais plusieurs usages et plusieurs morphologies possibles.

Alors que la mode fonctionne par définition sur l’inconstance, nous poussant à renouveler nos achats dans un délai toujours plus court, la marque s’engage également sur le front de la durabilité. Soucieuse des enjeux environnementaux, elle examine scrupuleusement l’origine des tissus et établit avec les fabricants une relation de proximité. Afin que leurs pièces n’aillent pas nourrir la masse colossale des déchets vestimentaires – à titre d’exemple un américain moyen génère 37kg de déchets textiles chaque année – la marque propose aussi de les récupérer soit en offrant un rabais sur l’achat suivant, soit en proposant du upcycling en donnant une nouvelle vie à l’habit à travers la réparation ou une customisation.

Jeu jouissif et freestyle
Les images de leurs campagnes mettent en avant des pièces au look minimal et aux matières extrêmement souples, légères. Un pantalon devient un haut, une cape se transforme en robe, les métamorphoses potentielles sont nombreuses et les designers y arrivent en s’appuyant sur des notions mathématiques et géométriques pour réaliser leurs patrons. Dans ce jeu jouissif et freestyle, c’est le client qui a le dernier mot et les deux designers se délectent de voir leurs pièces prendre vie sur les autres. «Les gens découvrent continuellement de nouvelles façons de porter nos modèles», s’extasie Tilly.

«Nous essayons de réfléchir aux moyens que notre communauté queer pourrait développer afin de mener à bien des actions anti-racistes, anti-fascistes, anti-bigoterie»

DR

DR

En plus des collaborations ponctuelles avec d’autres artistes comme avec les organisateurs du festival de film queer expérimentaux Mix à New York, le duo a dessiné quatre collections pour sa propre marque. Il y a la série sans coutures Cut, les coupes virevoltantes de Twirl, les superbasics de Skin et les motifs vaguement psychédéliques de Light. Les mannequins utilisés pour les shootings ou les défilés sont pour la plupart des danseurs et témoignent ainsi d’un lien indéniable avec l’univers de la danse. En place d’un défilé classique, c’est la danse et la performance qui, selon Tilly et William, correspondent le mieux à l’esprit de leur projet. Pour définir leurs événements, ils ont donc créé le terme «transformance»: transformation + danse + performance. Tilly And William a rejoint le collectif VOX Bizarre aux cotés d’autres designers indépendants – Casey Caldwell, Claire Fleury, Lactic Incorporated – qui ont pour ambition d’associer mode et engagement social. «Nous essayons de réfléchir aux moyens que notre communauté queer pourrait développer afin de mener à bien des actions anti-racistes, anti-fascistes, anti-bigoterie» nous précise Tilly.

Binarité homme-femme
En discutant avec elle du phénomène genderless dans la mode, une appellation que certaines marques s’arrogent trop souvent, elle nous explique: «la binarité homme-femme nuit à tout le monde, même si certaines personnes n’en sont pas conscientes. Depuis l’histoire ancienne, un éventail très large de genres a été reconnu à travers les cultures, mais cette réalité a été reniée par la civilisation moderne. Pour nous le futur est donc une question de genderful plutôt que de genderless

» tillyandwilliam.com

Partager sur
Thèmes , ,
Mise à jour 16.02.2017 08:44
1 223 vues

Sur le même thème

Top