Monde Autriche

Quand l’apprenti-Hitler hantait la scène gay

Posant avec les touristes en dictateur nazi, l'Autrichien Harald Z. a fait scandale dans son pays. La presse a remonté sa course à la célébrité jusque dans les bars homos et les manifs d'extrême droite.

18 février 2017 | par

harald-z-autriche-hitler

Une vie multicolore et une idéologie brune: voilà comment les médias autrichiens résument l’étrange carrière de «Harald Hitler». Le jeune homme de 25 ans a fait la une des journaux après avoir hanté la ville natale du führer, Braunau-am-Inn, grimé en dictateur nazi.

Arrêté lundi soir, il risque désormais 10 ans de prison pour apologie du régime national-sociaiste.

L’obsession de la célébrité
Provocation politique ou blague nauséabonde? Pour tenter de connaître les motivations de l’énergumène, le journal «Österreich» a retrouvé son ancien colocataire. Ce dernier raconte avoir rencontré Harald Z… dans un bar gay. «Harald n’est pas homo, mais il fréquentait volontiers le milieu parce qu’il savait que les homos ont des bons contacts avec la scène artistique.» Selon lui, la célébrité était une obsession chez son ami, qui cherchait sa voie artistique.

Le garçon, décrit comme «aimable et drôle», s’est ainsi retrouvé à poser pour un magazine gay, à participer brièvement au jeu télévisé «Messer, Gabel, Herz» tournant autour de la gastronomie et des rencontres amoureuses et même à jouer un petit rôle dans un court-métrage contre l’homophobie.

Revue d’extrême droite
Mais dès 2015, Harald Z. semble changer d’univers. Il sort alors une revue politique, «Das Arbeitertum» (du nom d’une publication nazie), inspirée des thèses d’extrême droite et truffée de citation de Joseph Goebbels. «Apprenez à comprendre le peuple et le peuple vous comprendra», y proclame-t-il. C’est peu après qu’il fait ses premières apparition en uniforme et petite moustache hitlérienne, notamment à une marche du mouvement xénophobe Pegida. «Mais même pour les identitaires, c’était trop», raconte un témoin. Le jeune homme s’était fait éconduire de la manif.

Parti de Vienne, Z. se serait finalement échoué à Braunau-am-Inn par hasard, en tentant de gagner Munich – comme son modèle il y a plus d’un siècle. A court d’argent, il aurait endossé son déguisement pour proposer aux rares touristes visitant la petite ville frontalière des selfies avec le fantôme du dictateur nazi. Quant à savoir ce que le jeune artiste allait faire à Munich, ce dernier a répondu qu’il allait y mener à bien «la plus grande aventure du siècle»…

Partager sur
Mise à jour 20.02.2017 08:44
3 595 vues

Sur le même thème

Top