Culture Lausanne

Plan à trois weekends

Pour sa cinquième édition, La fête du slip embarque le public à la découverte du corps, du genre et de la sexualité à travers un programme hot et audacieux.

10 février 2017 | par

Krassen2
«GGGang», de Krassen Krastev.

«La fête du slip a bien l’intention de relancer le printemps», s’enthousiasme Stéphane Morey, co-directeur de l’événement. C’est le moins qu’on puisse dire, puisque le programme de ce festival interdit au moins de 18 ans s’annonce torride. Pole dance, Bondage, cinéma porno… La fête risque bien de mettre Lausanne sens dessus dessous. Pour sa 5e édition, elle enfile sa plus belle culotte bleue et fait durer le plaisir pendant cinq jours répartis en trois weekends. Les festivités commenceront le vendredi 24 février et s’achèveront le vendredi 10 mars. De l’entrée au dessert, il y aura de quoi régaler les amateurs de musique, de danse contemporaine ou encore de cinéma. Un menu de choix qui fait la part belle au genre, au corps et aux sexualités dans l’art.

Cinéma porno
«L’un des moments forts est la compétition du Slip d’Or, détaille Stéphane Morey. Il s’agit de la seule compétition de films pornos en Suisse. En tout, 21 films ont été choisis parmi plus de 110 films envoyés de 17 pays. La particularité de cette édition est que nous avons retenu plusieurs films suisses». L’événement cherche aussi à proposer un choix des plus pointus. «On essaie d’affiner notre sélection sur des critères artistiques, poursuit le directeur de la fête du slip. On aime explorer de nouvelles formes narratives mais aussi la pluralité des pratiques sexuelles. Le tout en s’interrogeant sur le porno comme forme d’art.» Une sélection plus artistique mais aussi plus décalée. «Une autre spécificité du festival est d’avoir des réalisations toujours plus barges, lance Stéphane Morey. Par exemple, l’an passé, le gagnant était un film a mi chemin entre la fiction et le documentaire. Il raconte les rapports BDSM d’un couple lesbien. Les deux femmes s’infligeaient des micros lacérations sur le corps. L’image quant à elle n’était jamais totalement explicite. Elle ne montrait ni de pénétration ni de génitalité.»

Si le festival invite le public à poser son slip sur un siège de cinéma, il l’invite aussi à entrer dans la danse. Le thème du pole dance est le point commun d’une série de performances artistiques. On pourra notamment découvrir une création de la compagnie Hodworks, Krassen Krastev en solo avec «GGGang» au Théâtre Sévelin 36. «La pièce The Principle of Pleasure fera quant à elle une représentation de voguing, explique Stéphane Morey. Cette performance utilise la danse comme espace de résistance queer.» Une résistance qui fait un clin d’œil à la musique de Claude Violante, révélation récente de la scène électro-queer. L’artiste sera aux Docks le premier jour du festival en compagnie, entre autre, de Maud Geffray ou encore de Les prêtresses du Love. Pour les amateurs d’arts visuels, la galerie Forma Art Contemporain déclinera en plusieurs cabines, la thématique du lit alors qu’à la galerie Humus on s’intéressera au bondage à travers une série de photographies.

Curieux de tous bords
Voilà un menu généreux et copieux qui s’adresse aux curieux de tous bords. Avec plus de 3500 participants en 2016, la fête du slip gagne un public de plus en plus large. «En cinq ans, il s’est véritablement diversifié, remarque Stéphane Morey. L’image qu’on nous renvoie n’est pas celui d’un festival communautaire. On est d’ailleurs assez fier de ça. Par exemple, la soirée des préliminaires qui inaugure traditionnellement l’événement est très gay friendly.» Peu importe donc la couleur de votre slip, elles sont toutes les bienvenues.

» La Fête du slip, du 24 février au 10 mars 2017. Programme complet disponible dès le 14 février sur le site feteduslip.ch

Partager sur
Thèmes , ,
Mise à jour 10.02.2017 09:34
5 224 vues

Sur le même thème

Top