Monde États-Unis

L’ambassadeur pour les droits LGBTI maintenu sous Trump

Le poste créé sous la présidence Obama pour la défense internationale des minorités sexuelles n'a pas été sabré – un signe de plus de l'ambiguïté qui caractérise la nouvelle administration sur ce thème.

15 février 2017 | par

randy-berry
Randy Berry

Une présidence Trump gay-friendly? Du moins en apparence. A la surprise générale, l’envoyé spécial du Département d’Etat pour les droits LGBTI a vu son poste confirmé par la nouvelle administration américaine. Randy Berry, diplomate ouvertement gay, avait été nommé à cette fonction créée par l’ancien président Obama et le secrétaire d’Etat John Kerry. «Je ne vais pas me réjouir avant de voir ce que son mandat devient sous l’administration actuelle», a commenté Ross Murray, de l’organisation pro-LGBT GLAAD dans «Foreign Policy».

Donald Trump tente de courtiser l’électorat LGBT alors même que plusieurs membre de son gouvernement défendent une vision conservatrice de la société, à commencer par son vice-président Mike Pence, ou sa ministre de l’Education, Betsy DeVos. Sans parler de l’extrême droite, présente dans le cabinet Trump avec des personnalités comme Steve Bannon ou Stephen Miller. Les principales organisations LGBT du pays ont pris part aux manifestations contre les récentes mesures anti-avortement et contre les décrets migratoires, aux côtés des groupes féministes et de lutte contre le racisme et la xénophobie.

Influence d’Ivanka?
Derrière cette tendance de Trump à ménager les questions de droits LGBT, beaucoup voient l’influence de la fille du président, Ivanka. Trump a ainsi adressé plusieurs messages à l’électorat gay durant sa campagne. Depuis sa prise de fonction, il a notamment annoncé qu’il ne révoquerait pas un texte de son prédécesseur exigeant un engagement contre les discriminations homophobes et transphobes chez les entreprises sous contrat fédéral. Cela n’a pas empêché la Maison-Blanche d’effacer de son site toutes les références aux questions LGBT.

Partager sur
Mise à jour 18.02.2017 09:44
2 130 vues

3 commentaires

  1. Par HibouGrandDuc:

    Si Trump garanti les droits des LGBT, des femmes et encourage à plus d’émancipation sexuelle, tout en empêchant les islamistes de débarquer en Occident, alors c’est exactement le modèle que je cherche.
    Désolé pour tous les détracteurs gauchistes mais je ne perçois pas le burkini, le salafisme et les prières de rue comme des progrès et des libertés. Ces coutumes remettent en cause nos acquis sociaux.
    Malheureusement, le décret de Trump sur les ONG finançant l’avortement est décevant et son entourage imprégné de conservatisme religieux aussi. Quand ce ne sont pas les fondamentalistes islamistes qui s’y mettent, ce sont les fondamentalistes chrétiens. Et une personnalité politique qui combat toutes les idéologies religieuses, c’est pour quand ?

  2. Par benji:

    La forme de cette ambassade semble maintenue, pour le moment, mais où sont sa politique et ses moyens ? De toute façon, peut-on déjà se réjouir d’un quelconque maintien des droits LGBT par le nouveau président des Etats-Unis, alors que le népotisme et la xénophobie est déjà sa marque de fabrique, alors que les gays Iraniens sont renvoyés dans un pays où ils risquent déjà leur vie ? Je ne m’en réjouis pas. Tu es de ma famille, chantait JJ Goldman.

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top