Monde Bakou

Les LGBT d’Azerbaïdjan ne se laissent pas réduire au silence

Une pétition a été lancée en soutien aux homos, bi et trans dans la république des bords de la mer Caspienne, dans un climat d'atteintes aux droits humains de plus en plus préoccupant.

11 janvier 2017 | par

azerbaijan
Javid Nabiyev (t-shirt jaune) dans une manif LGBT en 2014.

La dernière pointage de l’ILGA désignait l’Azerbaïdjan comme le pire des pays membres du Conseil de l’Europe – derrière la Russie – en matière de protection des minorités sexuelles. Les LGBT d’Azerbaïdjan en appellent à la solidarité internationale. Président en exil de l’association LGBTI Nefes, le militant Javid Nabiyev a lancé une pétition baptisée «Voice of Silence». Adressée au président et au Parlement de Bakou, elle réclame une protection législative pour les minorités sexuelles dans le pays.

Nefes relève une propagation des discours de homophobes et transphobes dans les médias officiels. Le président du Conseil de l’audiovisuel national a notamment demandé l’interdiction des programmes «qui présentent le mode de vie homosexuel comme normal». La sécurité et la liberté des LGBTI est aussi menacée. Ces derniers mois, la police a mené des rafles contre les trans travailleuses du sexe. Deux hommes ouvertement gay ont par ailleurs été tués dans des circonstances troubles, au Shamkir et à Bakou, où une personne trans a également été grièvement blessée par des assaillants.

«Saboteur»
Le pays des bords de la mer Caspienne vit une dégradation générale de la situation des droits de l’homme, avec une large offensive du régime contre les militants de la société civile, les avocats et les journalistes, comme l’ont signalé les rapports d’Amnesty International et de Human Rights Watch. L’association de défense des LGBTI Nefes est réduite au silence. Son fondateur, Javid Nabiyev, qualifié de «saboteur» et d’«espion à la solde de l’Occident», a fui le pays en 2015 pour l’Allemagne. «Organiser un événement LGBTI et s’exprimer en public en soutien à Nefes est devenu impossible en Azerbaïdjan», résume le jeune activiste. Néanmoins, l’association marquera une Journée nationale contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie, le dimanche 22 janvier.

» Signez la pétition «Voice of Silence»

Partager sur
Mise à jour 11.01.2017 09:26
2 556 vues

Un commentaire

  1. Par Louis-Marie HAMEL:

    Respect des libertés fondamentales.

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top