Monde Gênes (It)

Église comble pour le prêtre rebelle

L'extrême droite italienne exige des sanctions contre Don Giulio, curé d'une petite paroisse ligure, où il prêche la lutte contre la discrimination et l'homophobie.

23 janvier 2017 | par

bonassola

Une messe dominicale qui fait salle comble, ce n’est plus si fréquent… C’est pourtant ce qui est arrivé dimanche à Bonassola. Les habitants de ce petit bourg de la côte ligure ont tenu à exprimer combien ils étaient fiers de leur prêtre, Don Giulio. Ce curé de 47 ans a récemment été convoqué par son évêque pour un rappel à l’ordre, et risque des sanctions, rapporte le «Corriere della Sera». En cause: ses positions favorables aux familles arc-en-ciel et aux unions civiles pour les couples de même sexe, entrées en vigueur l’an dernier en Italie.

Via son chat hebdomadaire sur WhatsApp, Don Giulio a surtout critiqué avec force le «guichet anti-gender» proposé par la droite locale pour dénoncer la prétendue influence de la «théorie de genre» dans les écoles de la région – une mesure récemment mise en place en Lombardie à l’initiative de la Ligue du Nord… ce qui n’est pas fait pour déplaire au Vatican. Le curé de Bonassola, lui, s’élève contre une «chasse au sorcières»: «Il est important que l’école enseigne le respect des différence et combatte l’homophobie dès le plus jeune âge.»

Excommunication
Ces prises de positions ont fait de Don Giulio la bête noire du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, qui a réclamé rien de moins que son excommunication. Face aux menaces de sanctions par l’Eglise, les paroissiens ont réservé de chaleureux applaudissements à leur curé, ému dimanche matin à l’issue de l’office. «Nous avons organisé la présence à cette messe, a expliqué le maire de Bonassola, pour témoigner notre solidarité avec Don Giulio qui a toujours aidé tout le monde, sans distinction.»

Partager sur
Mise à jour 24.01.2017 10:47
1 889 vues

Sur le même thème

Top