Suisse Berne

Soulagement et joie chez les familles arc-en-ciel

Aucun référendum ne contestera la nouvelle loi permettant d'adopter l'enfant de son ou sa partenaire au sein d'un couple de même sexe. Les opposants ont largement échoué à récolter un nombre suffisant de signatures.

7 oct. 2016 | par

famarc
Photo: Familles arc-en-ciel

La réforme de l’adoption en Suisse est désormais inscrite dans le marbre. Le texte accepté ce printemps par les deux chambres du Parlement permettra notamment au partenaire d’adopter l’enfant de son ou de sa conjoint·e de même sexe. Vent debout contre ce volet de la réforme, le petit parti d’extrême droite évangélique UDF et des membres de l’UDC et du PDC n’ont réussi à réunir que 30’000 signatures à peine, sur les 50’000 requises pour lancer un référendum. Le délai courait jusqu’à mercredi. «C’est une journée noire pour le droit de l’enfant», a déploré le comité référendaire.

Pour les homoparents suisses, c’est l’aboutissement de plus de sept ans de lutte, depuis la pétition «Même droit pour toutes les familles». «Nous sommes soulagés et rempli·e·s de joie, a déclaré Martin della Valle, coprésident de l’association faîtière Familles arc-en-ciel. Un référendum aurait inutilement prolongé l’insécurité juridique de milliers d’enfants en Suisse et perpétué la discrimination des familles arc-en-ciel. Aujourd’hui, nous nous sentons reconnu·e·s.»

Et maintenant?
Il appartient maintenant au Conseil fédéral de décider de la date d’entrée en vigueur de la nouvelle loi. En fonction des lenteurs bureaucratiques et administratives, cette étape pourrait prendre plusieurs mois. Après l’échec du référendum contre la Loi sur le partenariat enregistré, en 2005, il avait fallu attendre 18 mois avant la signature des premières unions dans les mairies helvétiques, en janvier 2007.

Partager sur
Mise à jour 10.10.2016 07:40
2 637 vues

Sur le même thème

Top