Sexualités Drogue

Grindr chasse les «nuages» de dealers

A la demande d'utilisateurs et d'élus, Grindr a annoncé avoir bloqué certains symboles et codes utilisés par les dealers de stupéfiants sur son application.

24 oct. 2016 | par

grindr-drogues

Plusieurs sites LGBT aux Etats-Unis et en Australie ont rapporté un phénomène préoccupant sur l’application Grindr. Comme d’autres systèmes de messagerie, l’omniprésente plate-forme de drague gay voit se développer un marché de la drogue sur les écrans de smartphones. Une enquête de OutInPerth avait relevé en février un nombre impressionnant de profils illustrés par un ciel nuageux, des pilules ou des fumées – autant de codes qui signalent le plus souvent des dealers de méthamphétamines, ou parfois de médicaments ou de cannabis.

La police d’Australie-Occidentale s’est dite au courant du problème, et a recommandé aux utilisateurs de Grindr de porter plainte en cas de proposition de stupéfiants.

Émoticône banni
La situation serait analogue aux Etats-Unis, où les dealers rivalisent d’imagination pour placer dans leurs profils des références à peine voilées à tout leur assortiment de drogues. Comme le rapporte le site WeHoVille, Grindr aurait pris du retard dans la lutte contre le deal sur sa plate-forme par rapport à des apps concurrentes comme Scruff.

Des élus de West Hollywood ont ainsi saisi les dirigeants de Grindr, dont le siège est installé dans la municipalité californienne. Résultat: Grindr a annoncé que le système bloquerait désormais l’utilisation de certaines émoticônes dans les profils. C’est le cas du symbole «nuage», apparemment utilisé par les revendeurs de «meth». Certains codes et phrases-clés destinés aux adeptes du chemsex seront aussi bloqués, a indiqué Grindr, qui s’est toutefois refusé à en dire davantage.

Partager sur
Mise à jour 24.10.2016 08:33
1 409 vues

Sur le même thème

Top