Monde Prague

Incroyable chasse aux sorcières contre les séropositifs tchèques

A Prague, les autorités sanitaires ont déposé des plaintes pénales contre 30 gays accusés de relations non protégées. Au mépris du secret médical et de la lutte contre le virus.

19 février 2016 | par

republique-tcheque-seropositifs-sida-vih-penalisation
Image: campagne de l'Aide tchèque contre le sida.

A peine croyable dans l’Europe de 2016. Les autorités sanitaires de la capitale tchèque ont pris l’initiative, le mois dernier, de porter plainte contre 30 hommes séropositifs, accusés d’avoir eu des relations sexuelles non protégées. Bien qu’aucune victime ne se soit manifestée, ces individus risquent 10 ans de prison pour avoir transmis sciemment une maladie infectieuse, en vertu des articles 152 et 153 du Code pénal.

L’affaire, entre les mains de la police, n’a encore donné lieu à aucune inculpation, note Edwin J Bernard sur le site HIV Justice Network.

A l’origine de ces poursuites, le Département de la santé de Prague, qui aurait récolté les noms des 30 individus ayant contracté une autre infection sexuellement transmissible après avoir été testés positifs au VIH. La preuve, selon cet organisme public, que ces hommes ont eu des rapports sexuels non protégés.

«La conséquence de tout cela, c’est que les gens qui sont séropositifs éviteront les docteurs à l’avenir, quand ils contracteront une IST»

L’Aide tchèque contre le sida se mobilise. Elle a offert un soutien juridique aux personnes concernées. Ces dernières, sous traitement, avaient pour la plupart une charge virale indétectable. Ces hommes n’étaient donc pas en mesure de contaminer leur partenaire, en général également séropositif. En outre, certaines maladies sexuellement transmissibles comme la syphilis peuvent être contractées malgré l’utilisation d’un préservatif, rappelle l’ONG. «La conséquence de tout cela, c’est que les gens qui sont séropositifs éviteront les docteurs à l’avenir, quand ils contracteront une IST», a expliqué Jakub Tomšej, juriste auprès de l’Aide tchèque contre le sida, à Gay Star News.

«Je n’ai jamais entendu parler d’une telle chasse aux sorcières contre les personnes vivant avec le VIH et d’une telle violation du secret médical pour la mener à bien», a commenté Jaime Todd-Gher, chercheuse dans le domaine de la santé sexuelle auprès d’Amnesty International, interrogée par BuzzFeed. La démarche des autorités tchèques fait l’objet d’une pétition adressée à la Commission européenne par le European AIDS Treatment Group. Elle rappelle que la criminalisation des séropositifs met en péril les politiques de prévention et de dépistage.

Homophobie
Les milieux associatifs ont aussi relevé le caractère homophobe de la dénonciation des 30 hommes, apparemment tous gays. La réaction de la cheffe du département de la santé pragois n’a fait que confirmer ce pressentiment. «La campagne qui met en cause nos pratiques vise clairement à asseoir les droits d’une minorité aux dépens des droits de la majorité, à savoir le droit à la santé», a indiqué Zdeňka Jágrová. «Nous considérons comme très dangereuses les tentatives de créer un groupe privilégié qui serait dégagé de toute responsabilité», a-t-elle ajouté.

Partager sur
Mise à jour 19.02.2016 11:07
4 860 vues

Sur le même thème

Top