Culture Cinéma

«Carol», le coup de foudre interdit

Todd Haynes signe un superbe mélo lesbien dans l'Amérique puritaine des années 1950. Avec les sublimes Cate Blanchett et Rooney Mara.

8 janvier 2016 | par

carol

Adapté de «The Price of Salt», roman que Patricia Highsmith publia en 1952 sous le pseudonyme de Claire Morgan, le film ouvre sur une scène montrant deux femmes discutant autour d’un verre dans un bar chic de Big Apple. Un homme vient interrompre leur conversation intime… Retour en arrière et on se retrouve à la veille des fêtes de Noël, sur la Cinquième Avenue. Cherchant un cadeau pour sa fille, Carol (Cate Blanchett) une riche bourgeoise new-yorkaise en manteau de fourrure, rencontre Thérèse (Rooney Mara) une jeune et charmante vendeuse au bonnet rouge, qui emballe les paquets au comptoir d’un magasin de jouets.

En pleine crise d’identité, timide et solitaire bien qu’elle ait un petit ami prêt à bâtir un avenir avec elle, Thérèse est subjuguée par la beauté, la liberté, la classe folle de cette femme plus âgée. Des regards, quelques mots et c’est l’étincelle. Une paire de gants oubliée servira de prétexte à Thérèse pour revoir Carol, qui a toujours assumé ses relations lesbiennes, brisant les règles de son monde. Piégée dans un mariage convenu, étouffant dans le carcan familial, elle est sur le point de divorcer de Harge, un banquier d’affaires dont elle a eu une petite fille. Harge tente de la retenir mais se rend compte qu’il ne peut pas lutter contre l’attirance puissante que les deux femmes éprouvent l’une pour l’autre. Frustré, déterminé à se venger de celle qui détruit son univers, le veule personnage utilisera sa préférence sexuelle, à l’époque considérée comme une maladie mentale, pour obtenir seul la garde de l’enfant. Les menaces de Harge effraient Carol qui adore sa fille. Mais se retrouvant seule le soir de Noël et en attendant la dure bataille judiciaire, elle ose proposer à Thérèse une virée vers l’Ouest. Un road trip au cours duquel elles tombent follement amoureuses.

Comédiennes formidables
Avec la complicité de son chef opérateur Ed Lachman, à ses côtés pour «Loin du paradis» (2002), évoquant déjà l’homosexualité et le racisme dans l’ambiance oppressante des fifties, Todd Haynes signe un bijou de mélo à la Douglas Sirk en le modernisant. Bousculant les normes d’une société corsetée, surfant sur les différences sociales et sexuelles, il propose une mise en scène sophistiquée, brillante pour un film à l’esthétique raffinée, à la reconstitution soignée. Il est en plus servi par une superbe Cate Blanchett dans la lignée des sublimes Lana Turner ou Joan Crawford. Face à elle, Rooney Mara achève de nous séduire avec son allure délicate rappelant irrésistiblement la fragilité d’une Audrey Hepburn. Sacrée meilleure actrice au dernier Festival de Cannes, la comédienne a dû partager son prix avec Emmanuelle Bercot qu’un jury aveugle a préféré à la divine Cate Blanchett. Aberrant!

Sortie mercredi sur les écrans romands

Partager sur
Thèmes ,
Mise à jour 12.01.2016 11:52
3 787 vues

Sur le même thème

Top