Chroniques Eat it

Evviva la brutalitá!

Le Réveillon 2015 sera en béton ou ne sera pas! Pour ce dernier épisode de Eat it, l'heure est venue de s'offrir un menu apéritif entièrement inspiré du mouvement architectural brutaliste – vénérant le béton armé tel une divinité urbaine – qui scellera définitivement cette aventure gastro-performative.

28 déc. 2015 | par

brutalitta

La couleur grise monochrome de ces mets permettra pour ce Grand Final de célébrer la beauté sculpturale du ciment tout en posant un regard neuf sur l’architecture contemporaine, en finissant par la dévorer sans vergogne.

Le brutalisme tire son nom du béton brut qui était le terme employé par Le Corbusier – l’un des grands initiateurs du mouvement – qui y voyait un côté primitif, naturel et entier, souvent marqué des planches de bois ayant servi au moulage. Ce style architectural d’origine anglo-saxonne issu du modernisme a connu une immense apogée entre 1950 et 1970, puis devint rapidement terriblement impopulaire: c’est sous ce nom que l’on rassembla par la suite toutes les constructions antipathiques et imposantes en béton.

Les structures brutalistes se composent souvent de formes géométriques massives et anguleuses qui frappent par leur répétition. La formule «brut de décoffrage», sans revêtement ni fioriture, est considérée ici en tant que noble alors que ses détracteurs dénoncent une «esthétique d’entrepôt». Récemment, un énorme regain d’intérêt souffle à nouveau sur le brutalisme, reconnu par certains comme l’un des styles les plus marquants du XX e siècle. Le Réveillon 2015 sera donc une ode au béton et aux formes abruptes! Le jumelage avec un plateau d’huîtres sera néanmoins autorisé, de par leur teinte parfaitement assortie. Et que coule à flots le Pinot gris!

» Sur Facebook: The Brutalism Appreciation Society

INGRÉDIENTS
– Pâte à pizza prête à l’emploi
– Quelques sachets d’encre de seiche (à la pièce chez le poissonnier)
– Un citron
– Mezzés du type caviar d’aubergines ou houmous
– Divers moules rectangulaires ou carrés à cuire (moules à cake) ou à mettre au frigo ou congélateur pour pudding et glace (moule pour jeux de bac à sable, moule à glaçons, etc.)
– Un emporte-pièce carré ou losange
– Mélange prêt à l’emploi pour glace et/ou pudding au sésame noir (épiceries asiatiques)

MAKING OF
La touche brutaliste de ces entremets va tenir principalement à la façon de juxtaposer les différents volumes géométriques obtenus à partir de moules ou de découpage à l’emporte-pièce. Le choix du menu est libre, pourvu que le teinte grise prédomine. Pour les entrées, l’incontournable pâte à pizza marbrée tiendra la vedette (ajouter quelques gouttes d’encre de seiche avant de la malaxer). Cuire et laisser refroidir, puis débiter des rectangles ou losanges à l’emporte-pièce. Tartiner de mezzés du type houmous ou caviar d’aubergines préalablement mixés avec quelques gouttes d’encre de seiche et du citron. Disposer les différents mezzés en les chevauchant de façon répétitive, si possible sur une ardoise ou une assiette sombre. Les plus hardis pourront se lancer la veille dans la confection d’une terrine de légumes, additionnée d’encre de seiche elle aussi, à laisser prendre au frigo une nuit.

Chaque module peut être logé séparément dans un petit moule afin d’obtenir par exemple des cubes (moules à glaçons ou à chocolats) ou si l’on choisit une grosse terrine, elle se découpera aussi très facilement à l’emporte-pièce dont les unités s’empileront selon le même principe fractal et répétitif. Il est possible de tricher avec un cure-dents dans le cas de petits empilements sculpturaux, de type brochettes verticales simulant des buildings très brutalistes. L’arrangement méthodique des éléments est primordial ainsi que la teinte grise, et si on craque par exemple pour de la tapenade il faudra donc y ajouter un peu de fromage blanc afin de la rendre plus grisâtre.

Quant au couronnement absolu de tout menu brutaliste qui se respecte, il tiendra à la magie de la glace au sésame noir japonais: sa couleur et sa texture font immédiatement penser à du ciment frais et son goût extraordinaire constitue une belle surprise en soi, pour tous ceux qui ne connaîtraient pas cette merveille. Procéder de la même manière, en jouant sur la disposition des modules au service et possible de s’amuser aussi au dessert avec des petits morceaux de massepain gris pâle pour ceux qui seraient lancés en mode Legoland et qu’on ne peut plus arrêter. Du Pinot gris semble être parfaitement adéquat pour l’arrosage.

HAPPY 2016!

Partager sur
Thèmes ,
Mise à jour 24.05.2017 22:17
1 388 vues

Sur le même thème

Top