Monde Canada

Bons baisers de prison, signé Magnotta

L'ex-porn star gay et meurtrier psychopathe dit raffoler de la vie en taule. Seul problème: il est privé de Ferrero Rocher.

4 nov. 2015 | par

magnotta
Magnotta (à gauche) pose au pénitencier d'Archambault avec un homme identifié comme l'agresseur de plusieurs fillettes.

«Nos portes sont ouvertes 90% du temps, j’ai l’impression d’être à l’université.» Luka Rocco Magnotta, alias le dépeceur de Montréal, vous envoie ses bons baisers de prison. La «Montreal Gazette» a eu accès au courrier envoyé par le pseudo top model et apprenti acteur de porno gay qui avait défrayé la chronique en 2012. Il avait alors filmé le massacre d’un de ses amants, avant d’envoyer des morceaux de cadavres aux quatre coins du Canada, notamment à des partis politiques et à des écoles primaires. Le jeune trentenaire avait été arrêté à Berlin au terme d’une haletante cavale en Europe.

Condamné à la prison à vie avec une peine de sûreté de 25 ans, Magnotta est un correspondant «prolifique», confie un de ses amis. Dans ses lettres parsemées de petits cœurs et de fautes d’orthographes, il se répand sur la dolce vita dans l’établissement d’Archambault, près de Montréal. «Je viens d’acheter le dernier Céline Dion et plein d’autres disques. J’ai une stéréo et un portable pour mes séances de bronzage dehors.» Des photos du détenu ont également fait surface. On l’y voit en t-shirt Versace et lunettes de soleil, ou dans sa cellule décorée de posters.

Assortiment de chocolats
Magnotta se plaint quand même occasionnellement… de l’assortiment de chocolats disponibles. «Ces putains de trous du cul avaient dit qu’ils ajouteraient des Ferrero Rocher et il n’y en a pas. Ils veulent seulement leur choix à la cantine. Ils sont tellement égoïstes, ça me gave», écrit le jeune Canadien, qui a manifestement pris quelques kilos.

Magnotta ne parle guère de ce qu’il a amené en prison. Et il trouve vraiment déplacé que les gardes et les médecins lui posent des questions sur le meurtre et les actes de barbarie qu’il a commis. «Ils ont une obsession très malsaine sur ma vie personnelle. Les gardes sont des imbéciles et tout le monde veut avoir des détails sexuels précis. Putain de losers, je leur dis d’aller voir sur internet.» Le meurtrier, utilisateur compulsif de blogs et de réseaux sociaux où il déclinait diverses identités, avait publié la vidéo de son crime sur le Net.

Déménagement
Les autorités pénitentiaires canadiennes ont confirmé que le détenu avait bénéficié des services auxquels ses lettres font allusion. Il aurait toutefois été transféré, entre-temps, dans un établissement de haute sécurité. Aux dernières nouvelles, il serait ravi de ce déménagement. Peut-être y a-t-il enfin des Ferrero Rocher à la cantine.

Partager sur
Mise à jour 05.11.2015 10:49
7 856 vues

Sur le même thème

Top