Monde Argentine

Un fumeux scénario gay pour une affaire d’État

La mort mystérieuse du procureur argentin Alberto Nisman vire au vaudeville homosexuel, d'après des hypothèses échafaudées par des partisans de la présidente Cristina Kirchner.

27 février 2015 | par

nisman
Une manifestante brandit le portrait d'Alberto Nisman, réclamant la vérité sur sa mort.

Un informaticien de 38 ans, Diego Lagomarsino, est actuellement la seule personne sous enquête officielle après la mort du procureur argentin Alberto Nisman. Cet apparent suicide a déclenché une énorme affaire qui divise le pays. Nisman était, en effet, sur le point d’ouvrir une action judiciaire contre la présidente Cristina Kirchner. Il soupçonnait cette dernière de vouloir étouffer l’enquête sur la responsabilité iranienne dans un attentat contre le centre juif AMIA (85 morts en 1994), en échange de contrats avec Téhéran.

Simple suicide d’un homme parfois décrit comme instable? Harcèlement à mort par les services de la Présidence? voire meurtre? Une énième hypothèse a émergé: celle d’un crime passionnel à caractère homosexuel. Elle a débuté par des allusions lâchées par la présidente elle-même, qui a insisté sur l’«intimité» entre Nisman et Lagomarsino, qu’il employait pour s’occuper de ses ordinateurs. Les allusions ont mené un obscur sénateur de province, suivi par plusieurs titres de la presse pro-gouvernementale, à échafauder un scénario digne d’une mauvaise telenovela. Salvador Cabral, a affirmé avoir les preuves que Lagomarsino avait surpris Nisman avec un autre homme et ouvert le feu sur son amant supposé.

Empreintes

Diego Lagomarsino

Diego Lagomarsino

Très affecté par l’affaire, Diego Lagomarsino est sorti de son silence, hier. «Je ne sais pas ce que c’est qu’une relation intime, si [la présidente, Cristina Kirchner] veut dire une relation homosexuelle, je peux dire que non. Ce qui m’ennuie c’est qu’il y a d’autres personnes dans cette histoire. Mes enfants sont tout petits, mais Alberto a une fille qui est déjà grande», a-t-il expliqué à El Pais. Diego Lagomarsino est actuellement sous enquête pour avoir fourni l’arme retrouvée près du corps de Nisman, à la demande de ce dernier, qui avait dit vouloir protéger ses filles. Sauf que le revolver ne porte pas les empreintes digitales du technicien, ce qui suggère qu’il aurait été nettoyé.

Partager sur
Thèmes
Mise à jour 28.02.2015 18:12
2 223 vues

Sur le même thème

Top