Monde Ohio

Vague de colère après le suicide d’une ado trans

Les mots laissés par Leelah Alcorn, 17 ans, avant son suicide bouleversent les esprits et agitent les réseaux sociaux. Des appels à traîner en justice ses parents – chrétiens fervents – ont été lancés.

1er janvier 2015 | par

Vague de colère après le suicide d’une ado trans
Leelah / Lazerprincess tumblr.

«Réparez la société. S’il vous plaît.» Ces mots sont ceux de Leelah Alcorn, une ado de l’Ohio dont l’histoire bouleverse l’Amérique. Cette jeune trans de presque 17 ans a trouvé la mort, dimanche à l’aube, sous les roues d’un camion, près de Cincinnati. Il n’y a guère de doute qu’il s’agit d’un suicide – d’autant qu’il était annoncé sur son blog. Elle y a raconté s’être toujours sentie «piégée dans un corps d’un garçon»: Josh son nom de baptême. Surtout, elle se sentait seule face à des parents qui voulaient que Josh «soit leur parfait petit garçon chrétien hétéros». Après avoir tenté de leur parler, Leelah avait été envoyée chez un psychologue chrétien, qui avait exclu qu’elle entame une transition. « Dieu ne fait jamais d’erreur». Elle a demandé à ce que ses biens soient vendus et ses économies données à des groupes de soutien aux trans. «Il faut que ma mort ait un sens», a-t-elle écrit.

Devenu viral, le dernier message déchirant de l’adolescente ont créé une onde de choc aux Etats-Unis. Et un débordement de colère. Les appels se sont multipliés sur Facebook pour que ses parents répondent de leurs actes. Ces derniers ont pour l’heure gardé le silence. L’activiste Dan Savage, un des créateurs de la campagne «It Gets Better» pour les jeunes LGBT, a même écrit plusieurs tweet particulièrement violents, demandant qu’ils soient traduits en justice.


Par ailleurs, Sur Change.org, plus de 50’000 signatures ont été réunies en quelques heures pour que la famille utilise le nom de Leelah sur sa pierre tombale.

Harcèlement
«Ils ont fait ce qu’ils pensaient juste. C’est très difficile de se mettre à leur place, a déclaré une camarade de Leelah sur NBC. Il faut arrêter de les harceler et se concentrer plutôt sur comment promouvoir l’égalité pour les transgenres.» Pour le Trevor Project, un groupe de lutte contre le suicide des jeunes, le retentissement du drame atteint des proportions inquiétantes. «Il ne faut pas envoyer le message qu’être trans, c’est être suicidaire, ou que si vous mettez fin à vos jours, le monde va vous répondre.»

Sur Twitter, c’sst un hommage plus constructif à Leelah, qui se met en place. Le mot-clé #RealLiveTransAdult réunit désormais des témoignages d’hommes et de femmes trans qui ont surmonté leurs peurs et leur moments de solitude pour enfin devenir eux-mêmes.

Partager sur
Mise à jour 03.01.2015 00:13
3 105 vues

Sur le même thème

Top