Monde Ohio

Les écrits de Leelah mystérieusement effacés

La mère de la jeune trans dont le suicide a bouleversé l'Amérique a défendu sa conviction que «son fils» ne traversait qu'une «phase»: «Dieu ne fait pas d'erreurs.» Un hommage est prévu aujourd'hui à Berne, à l'initiative de TGNS.

3 janvier 2015 | par

leelah2

La famille Alcorn a décidé de repousser les obsèques de son enfant, assurant avoir reçu des «menaces». Depuis une semaine, le suicide de Leelah Alcorn, une toute jeune trans de l’Ohio, a et mis les réseaux sociaux en ébullition. Dans un message d’adieu désespéré sur la plateforme Tumblr, l’ado de 17 ans avait lancé un appel pour une meilleure reconnaissance des jeunes en transition. Leelah, née Joshua, y racontait aussi avoir été présentée par ses parents, des chrétiens fervents, à un thérapeute. Ce dernier avait exclu toute transition vers l’autre sexe.

«Un bon garçon»

Sur CNN, vendredi, la mère de Leelah, Carla Alcorn, est sortie de son silence. Elle s’est dite convaincue que son «fils Josh» traversait «une phase»: «Mais nous lui avons dit que nous l’aimions sans condition, quoi qu’il advienne. Les gens doivent savoir que je l’aimais. C’était un bon gamin, un bon garçon». Elle a aussi répété son credo sur le transgendérisme: «Dieu ne fait pas d’erreurs». La cérémonie sera célébrée dans un lieu tenu secret, a prévenu l’Eglise de la famille, la Northeast Church of Christ, à Cincinnati. Depuis le début de la semaine, une pétition en ligne réclame que le nom de Leelah figure sur la pierre tombale. Elle a recueilli à ce jour plus de 75’000 signatures, certaines accompagnées d’insultes à l’intention des parents.

Entre-temps, le blog «Satan’s Wifey» de Leelah, où elle avait consigné toutes ses photos et ses derniers messages a mystérieusement disparu du web dans la journée de vendredi. Ce samedi matin, il restait inacessible. On ignore si le couple Alcorn, interpellé avec virulence dans le dernier post de l’ado («Mom and dad, fuck you!»), est à l’origine de la suppression.

Hommage en Suisse
Le drame fait réagir également en Suisse, où Transgender Network Switzerland (TGNS) organise un hommage public à Leelah. Rendez-vous ce samedi 3 janvier, dès 17h, sous le grand «baldaquin» de la place de la gare, à Berne.

Partager sur
Thèmes , ,
Mise à jour 03.01.2015 14:46
2 834 vues

Un commentaire

  1. Par benji:

    “Dieu ne fait pas d’erreur”, parmi tant d’autres incohérences, voilà des propos de parents face au suicide de leur fille transgenre qui devrait interpeller la société sur ceux qui se prétendent chefs religieux. La société semble justement être interpellée mais pas encore les chefs religieux. “Chefs religieux”, deux mots qui ne devraient pas pouvoir être associés.

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top