Culture Série

«Faking it»: vraie diversité, fausse bonne idée

Hester High School, Austin, Texas. Découvrez un collège où l’homosexualité ne pose problème ni aux élèves ni aux enseignants, bien au contraire...

10 juillet 2014 | par

fakingit

Des lesbiennes, un gay, un hétéro, et toute une ribambelle d’élèves se côtoient dans une paix relative à Hester High School. C’est là que prend place Faking it, la nouvelle série de MTV, qui se veut à l’avant-garde des questions de diversité LGBT. Son slogan: You can fake lots of things, but you shouldn’t feel the need to fake who you are ou: «Tu peux feindre beaucoup de choses, mais tu ne devrais pas à avoir à feindre d’être quelqu’un que tu n’es pas» en bon français. Toute une promesse qui se concrétise notamment sur le site de la série. Il y est proposé des ressources pour rendre votre collège plus «Hester High», incitant à créer, par exemple, des alliances homos-hétéros. L’adresse renvoie aussi vers the Trevor Project, association nationale de soutien pour les jeunes LGBT victimes de harcèlement. Faking it veut donc faire passer un message de tolérance et d’inclusion. Sur le papier, les nobles objectifs de la série se défendent plutôt bien. A l’écran, beaucoup moins.

Place à la diversité
Karma et Amy, couple lesbien phare soutenu et aimé de tout le collège, s’aiment et se déchirent. Shane, gay tout aussi populaire, court de garçon en garçon, tandis que Liam, son meilleur ami hétérosexuel, explore sa sensibilité à travers la sculpture et ne rechigne pas à danser joue contre joue avec Shane lors de la traditionnelle soirée Homecoming, rebaptisée Homecoming Out. Katie Stevens, qui incarne Karma, est consciente de la responsabilité inhérente à son rôle: «J’ai l’impression que nous sommes des modèles. J’ai réalisé que les jeunes qui sont en questionnement par rapport à leur sexualité ou qui font leur coming-out n’ont pas vraiment de modèles à la télévision ou pas de séries qui parlent de ce qu’ils traversent», dit-elle dans une interview accordée à AfterEllen.

Le scénario irrite, voire énerve, rapidement. Que dire de Shane qui règne en coq sur le poulailler d’élèves, se délectant d’avoir enfin un couple de lesbiennes à ajouter à sa clique d’amis diversifiés, outant Karma et Amy sans leur accord devant tout le monde et valorisant l’homosexualité au détriment de l’hétérosexualité en offrant des entrées gratuites au Homecoming Out aux couples de même sexe? Que dire de Karma qui, fatiguée de n’être pas populaire, décide tout d’abord de faire semblant d’être aveugle, avant de s’embarquer dans un tissu de mensonges en entraînant Amy en lui demandant de faire semblant d’être en couple? Ne s’arrêtant pas là, Karma, nouvellement star et toujours, en théorie, en couple, tente de séduire Liam, qui, pas en reste, n’est que trop heureux de pouvoir décrocher le trophée tant convoité de «Coucher avec la lesbienne qui au fond n’attend que cela». S’ensuit un plan à trois entre Karma, Amy et Liam, offert par Karma à Liam pour qu’il tombe amoureux d’elle et, à n’en pas douter, pour battre des records de taux d’audience.

Chimérique gay agenda
Faking it parvient tout autant à perdre son message principal de tolérance et d’inclusion, noyé dans une masse de signaux à double-sens, qu’à promouvoir l’homosexualité comme un privilège, rejoignant ainsi curieusement les arguments des homophobes évoquant le chimérique gay agenda. Pire: le nouveau fleuron des programmes MTV parvient à poser le postulat paradoxal suivant: dans un collège inclusif où tout le monde a sa place et où la diversité est le quotidien, la course à la popularité règne toujours en maître et les jeunes LGBT, encore trop souvent harcelés actuellement, devenus populaires, recréeraient à leur tour le paradigme des oppresseurs vs. les opprimés. MTV, avec Faking it, surfe clairement sur la vague des taux d’audience record obtenus par ABC Family avec Pretty Little Liars, où l’un des personnages principaux est une jeune lesbienne. ABC Family, maison de production pourtant homophobe il n’y a pas si longtemps, a cependant réussi là où MTV échoue lamentablement.

Partager sur
Mise à jour 10.07.2014 10:54
3 523 vues

Un commentaire

  1. Par Timothée:

    Baaaaah pourquoi une série LGBT se doit-elle FORCEMENT d’être militante ? Ou politiquement correcte ?
    Pour moi une réalité où les LGBT sont aussi cons que nos footballers et où ils sont en mesure de eux-aussi martyriser d’autres personnes ça vend un peu du rêve non ?
    Pourquoi s’accrocher à ce statut de victime ?
    Après tout si on est VRAIMENT comme tout le monde, c’est qu’on a le droit d’être bête et cruel nous aussi non ?

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top