Monde Religion

Main basse sur l’Afrique

Les lois homophobes en vigueur dans plusieurs pays d'Afrique résultent de l'influence directe des fondamentalistes chrétiens en quête d'une terre promise.

20 avril 2014 | par

lou_engle2
Lou Engle, un leader évangélique américain qui exporte son prêche nauséabond en Afrique, sera bientôt à Genève. Photo: Eden Frangi.

Mais que se passe-t-il sur le continent africain, où de plus en plus d’Etats veulent infliger des années de prison, voire la peine de mort, à toute personne entretenant des relations homosexuelles? La loi adoptée en Ouganda, comme celle au Nigeria en sont de récents exemples. Horrifiés, plusieurs Etats occidentaux et des institutions comme la Banque mondiale ont dernièrement pris des mesures de rétorsion contre l’Ouganda, suspendant leur aide financière.

Choc de cultures? A entendre les politiciens qui soutiennent ces lois, celles-ci «correspondent aux croyances culturelles et religieuses» des Africains, comme le disait en janvier dernier un représentant du président nigérian Goodluck Jonathan. Aussi, toute mesure de rétorsion contre les Etats ayant adopté des législations homophobes renforce- t-elle encore leur rhétorique: «L’Occident gay veut imposer ses valeurs aux pays africains, n’hésitant pas à faire preuve d’ingérence dans leurs affaires!», clament-ils. En face, tout en déplorant tant d’homophobie, nombre d’Occidentaux ne sont pas loin de penser que celle-ci trouve un terreau favorable sur ce continent majoritairement pauvre pour des raisons culturelles.

A vrai dire, cette même vision à deux faces est totalement biaisée. D’abord, on a oublié que l’homophobie, que l’on veut aujourd’hui présenter comme partie prenante de la culture africaine, a été implantée par les Européens, rappelle l’anthropologue Marc Epprecht: «La culture traditionnelle africaine était de facto plus tolérante sur la diversité sexuelle que la lecture moderne ne le laisse croire». En fait, les premiers colons européens étaient scandalisés «par la volonté des Africains de déjouer les supposées lois naturelles de la sexualité». Aujourd’hui, s’il est certes tabou de parler d’homosexualité dans certaines cultures africaines, jamais des gouvernements n’auraient fait de cette thématique un débat, un instrument politique, sans des influences extérieures. Car oui, sur cette question, des idéologues venus d’Occident influencent bel et bien l’opinion publique africaine; mais il s’agit de ceux qui laissent croire que l’homosexualité n’a jamais existé sur ce continent. Et ces fondamentalistes chrétiens américains, qu’ils soient de la mouvance évangélique ou catholiques, ont une stratégie fort bien construite pour tenter d’y imposer leur manière de voir le monde.

Un modèle à suivre
L’Ouganda, où une chasse aux homos est désormais ouverte, allant jusqu’à des assassinats, est le parfait laboratoire pour comprendre ce phénomène. «Dès la chute d’Idi Amin Dada, les Eglises évangéliques américaines ont vu en Ouganda, pays qui compte le plus de jeunes au monde, une terre promise pour y bâtir une société à leur image. Si elles ont perdu la guerre culturelle aux Etats-Unis, elles sont en train de s’imposer en Afrique. Et ce sont bien elles qui ont exporté la haine antigay sur ce continent», affirme le réalisateur Roger Ross Williams, auteur de God loves Uganda (2013), documentaire passionnant qui montre comment des hordes de missionnaires américains, persuadés que la société américaine est en faillite, débarquent dans ce pays pour y apporter la bonne parole. Cette néocolonisation est facile: «Pour nombre d’Africains pauvres, ce Blanc venu des Etats- Unis est tout puissant. Il ne peut être qu’un modèle à suivre», dit-il.

«La culture traditionnelle africaine était de facto plus tolérante sur la diversité sexuelle que la lecture moderne ne le laisse croire»

Cette conquête de l’Afrique par le fondamentalisme chrétien n’est évidemment pas nouvelle, remontant aux années 80. Mais ce qui est nouveau, c’est que la haine des homos, érigée en instrument politique, est devenu le principal vecteur de son implantation. De nombreux prédicateurs évangéliques américains se trouvent derrière les messages de haine aujourd’hui véhiculés dans certains pays africains. Pour n’en citer que quelques un, Lou Engle, de Kansas City: un type capable de rassembler 100 000 fidèles dans un stade. A Kampala, en 2010, ce fou de Dieu haranguait la foule en prétendant que «l’agenda homosexuel allait faire du mal à la nation et aux familles ougandaises». Scott Lively, auteur d’un ouvrage intitulé «The Pink Svastika» soutenant que l’homosexualité est à l’origine du nazisme, a lui aussi été très actif en Ouganda.

Diaboliser
Plusieurs facteurs ont favorisé l’implantation du fondamentalisme chrétien en Afrique par le culte de l’homophobie, selon le révérend Kapya John Kaoma, auteur d’un rapport détaillé sur cette question pour le think tank américain Political Research Associates. Cet activiste des droits humains souligne que si l’homophobie n’est aucunement ancrée dans la culture africaine, les messages des églises néo-pentecôtistes américaines résonnent en revanche avec les religions africano-indigènes où l’on trouve de fortes croyances dans les esprits et le pouvoir de l’exorcisme pour lutter contre les démons. Pour les néo-pentecôtistes américains aussi, il suffit d’extirper le diable qui est en vous ou qui vous entoure pour être sauvé.

Selon Kapya John Kaoma, les néopentecôtistes américains ont donc parfaitement compris que la diabolisation de l’homosexuel, démon idéal, leur permettrait de s’enraciner rapidement en Afrique. Ce message est entendu littéralement par certains religieux africains, ce qui fait que les leaders de la droite chrétienne américaine n’ont même plus besoin de bâtir de nouvelles églises pour leur mission: «Ils s’emploient à réorganiser les églises existantes sous l’autorité d’apôtres et de prophètes modernes, au sein d’un réseau global qui relie les conservateurs américains néo-pentecôtistes et les Africains». Ce courant a un nom, le Mouvement de la transformation, avec son lot d’organisations américaines qui travaillent à cette mission, comme l’International Transformation Network. Cela a pour conséquence d’affaiblir les églises tradtionnelles, dont les résistants rament pour lutter contre les messages de haine.

Une autre raison explique pourquoi tant de leaders africains se sont laissé convaincre par la nécessité de faire de la lutte contre l’homosexualité un thème politique: «L’homophobie a été un puissant point de ralliement pour beaucoup de leaders établis du continent, souligne encore Kapya John Kaoma. Robert Mugabe au Zimbabwe, Binguwa Mutharika au Malawi, et l’ancien président zambien Rupiah Banda ont tous vu qu’ils pouvaient combattre leurs opposants dans le lit de l’homophobie. Ces leaders ont compris qu’ils pouvaient gagner facilement du soutien des factions religieuses tout en gagnant des votes nationalistes en dénonçant le néocolonialisme de l’Occident», si aisément incarné par la «propagande homosexuelle».

À la rescousse
Sous l’influence du fondamentalisme chrétien, des liens directs se sont aussi tissés entre des élus conservateurs américains et le monde politique africain. En Ouganda, le parlementaire qui a déposé le projet de loi réclamant initialement la peine de mort pour les homosexuels, David Bahati, est aussi le secrétaire de la branche ougandaise d’un puissant réseau évangélique surnommé «The Family». Aux Etats-Unis, ce réseau «underground» est actif depuis les années 50 et se donne pour mission de rayonner à l’échelle mondiale en propageant les valeurs chrétiennes de l’Amérique la plus conservatrice, selon Jeff Sharlet, auteur d’une enquête sur ses activités. Ce réseau a reçu de grasses subventions sous l’administration Bush et bénéficie de solides appuis politiques. Sa «bible» pour évangéliser l’Afrique, évoqué dans un document interne, ordonne qu’«un élu du Congrès ou un sénateur américain se lie d’amitié avec un leader d’un autre pays et œuvre pour le convaincre que Jésus et ses enseignements vont aider son pays et les pauvres. Les deux leaders vont ensuite sélectionner cinq hommes (des mentors) de ce pays étranger qui s’engageront à apprendre au peuple comment Jésus va aider leur pays et les pauvres».

James Inhofe a effectué au moins 20 déplacements en Ouganda aux frais du contribuable pour aller distiller la «bonne parole» aux hommes politiques de ce pays

Un commandement farfelu? Il semble pourtant religieusement appliqué: un parlementaire américain, le Républicain James Inhofe, est l’un des missionnaires élus de cette propagande évangélique. Selon l’enquête de Jeff Sharlet, il aurait effectué au moins 20 déplacements en Ouganda depuis 1999, aux frais du contribuable, pour aller distiller la «bonne parole» aux hommes politiques de ce pays et les guider dans leurs orientations. Une douzaine de membres du Congrès américain seraient membres de ce réseau.

Pour faire main basse sur l’Afrique, terre promise de leur réussite idéologique, les fondamentalistes chrétiens ne se contentent pas de transformer le message des églises, d’influencer les politiques et de financer, à coups de millions, écoles et oeuvres sociales. L’une des organisations clé impliquée pour s’assurer que les législations et les constitutions criminalisent l’homosexualité et l’avortement est l’American Center for Law and Justice, selon Kapya John Kaoma. Elle a été fondée par Pat Robertson, l’un des plus influents leaders de la droite chrétienne (il détient une chaîne de télévision qui diffuse des programmes dans 37 langues et sont vues par 360 millions de télespectateurs).

Main basse juridique
Au moment où l’Ouganda imaginait imposer la peine de mort pour les homosexuels, en 2009, cet organisme basé à Washington a ouvert deux antennes au Kenya et au Zimbabwe. Sa mission: pousser pour que ces Etats et les pays voisins conçoivent des législations anti-gay et «pro-life», jusqu’à leur fournir tous les conseils juridiques en la matière. C’est ainsi qu’on a aussi vu émerger dans nombre de pays des projets de loi interdisant le mariage gay ou l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. Tous ces projets n’ont pas abouti, mais la droite chrétienne y travaille encore dur. A n’en pas douter, le libellé de ces lois reflète plus les batailles idéologiques américaines que les réalités africaines: car comment faire croire que le mariage ou l’adoption puissent être aujourd’hui une revendication des militants homos africains, alors qu’ils se battent ne serait-ce que pour leur survie? Cela démontre bien que la haine des homosexuels, érigée en instrument politique, est plus que jamais un produit d’importation sur le continent africain.

En savoir plus
Marc Epprecht, Hungochani: «The History of Dissident Sexuality in Southern Africa» (McGill-Queen’s University Press, 2004)
Kapya John Kaoma: «Colonizing African Values – How the US Christian Right is Transforming Sexual Politics in Africa», (Political Research Associates, 2012)
Jeff Sharlet: «The Family: The Secret Fundamentalism at the Heart of American Power», (Harper Collins, 2008)

Partager sur
Mise à jour 18.08.2014 09:11
4 408 vues

3 commentaires

  1. Par JeMoiPersonnellement...:

    Pfff… N’importe quoi…

    C’est tellement facile de “Bêtement” répéter ce que les médias uniquement ont dis…

    Et pas du tout lui… c’est 100.000 % prouvé qu’il a JAMAIS tenu ces propos, c’est quelqu’un d’autre qui l’a fait, en Afrique dans un autre contexte, et sans aucuns rapports du tout…

    Et si on s’intéresse ne serait ce qu’un petit peu au média chaque jour, il y a Largement Bien Pire que cela… et en plus c’est Tellement Totalement FAUX ce qui est dit…

  2. Par OutRage:

    A part ça, l’Afrique est machiste de nature, on compte entre 100 et 140 millions de femmes africaines excisées et ce machisme barbare n’a rien à faire avec la chrétienté.
    Tout le monde sait que derrière le machisme le plus barbare se cache toujours l’homophobie la plus sanguinaire, et les faits sont là :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Excision#.C3.89tendue_g.C3.A9ographique_du_ph.C3.A9nom.C3.A8ne

    Autres persécutés en Afrique: les albinos. Ces derniers sont souvent enlevés et massacrés pour des rites anciens qui n’ont rien à voir avec la chrétienté :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Albinisme#Pers.C3.A9cution_en_Afrique

  3. Par François:

    Article très intéressant et tout à fait éclairant. Peut-être pourrait-on ajouter que pour le moment, ce phénomène concerne avant tout les pays africains anglophones, les églises fondamentalistes américaines se sentant en terrain moins favorable dans les pays francophones, où l’homophobie n’est pas pour autant absente.

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top