Monde Tbilisi

Déferlement de haine contre les gays géorgiens

Pour la deuxième année consécutive, les mouvements LGBT ont tenté de défiler à Tbilisi. Une énorme foule prête à en découdre les attendaient. Bilan: au moins 17 blessés.

18 mai 2013 | par

tbilisi
Les images impressionnantes de la chaîne Russia Today (voir vidéo ci-dessous) montrent un minibus transportant des activistes LGBT et des voitures de police attaquées à coups de pierres, de poings et de bouteille

Des milliers de personnes déchaînées se sont déployés rue Rustavi, une des artères principales du centre de Tbilisi, vendredi. C’est là que devait se dérouler un défilé marquant la Journée mondiale contre l’homophobie. Quelques dizaines de militants homosexuels ont dû être évacués par la police à bord d’un minibus après que de violentes échauffourées ont éclaté. Les images impressionnantes de la chaîne Russia Today montrent un minibus transportant des activistes LGBT et des voitures de police attaquées par la foule à coups de pierres, de poings et de bouteille. Les véhicules auraient été poursuivis sur des centaines de mètres.

Bouquet d’orties
Selon l’agence Associated Press (via Huffington Post), les opposants – en majorité des jeunes hommes des milieux nationalistes et des religieux orthodoxes – brandissaient des pancartes où l’on pouvait lire «Pas de Sodome et Gomorrhe ici» ou «Démocratie ne veut pas dire immoralité». Des femmes s’étaient armées de… bouquets d’orties destinés à «purifier» les homosexuels. Le Père David, un des organisateurs du rassemblement antigay, a estimé que les homosexuels «insultaient les traditions du peuple géorgien et les sentiments nationaux». «S’il faut permettre ce genre de parade pour devenir membre de l’UE ou d’autres organisations occidentales, alors je suis contre ces organisations», déclarait un jeune participant.

Au moins 17 personnes auraient été blessés. Les autorités avaient pourtant donné leur feu vert à la marche gay, au nom de la liberté d’expression. Elles se sont montrées incapables (ou peu désireuses) de sécuriser le site de la manifestation LGBT. Un des leaders de la majorité parlementaire, Giorgy Gabashvili a déploré que le Gouvernement n’ait pas pris des mesures suffisantes pour protéger le cortège des minorités sexuelles. Il a décrit les manifestants antigay comme des «fondamentalistes» et des repris de justice. L’an dernier, des heurts – de bien moindre ampleur – avaient bloqué un défilé contre l’homophobie dans la capitale géorgienne.

Partager sur
Thèmes , ,
Mise à jour 07.09.2014 09:47
2 841 vues

3 commentaires

  1. Par liliou29:

    bizarre on en a, la non plus, pas parlé dans la presse française. et oui l’apartheid envers les homos existe mais passe sous silence

  2. Par Jim42:

    Honte à la Géorgie.
    Ce déferlement de violence contre les personnes est inacceptable. Les pays européens doivent sanctionner les pays qui laissent massacrer les gays sur son sol.

  3. Par Ronou:

    Un pays de fous furieux assassins. Il est temps d’arrêter tous les contacts avec ces malades et d’aider par tous les moyens les LGBT locaux.

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top