Suisse Zurich

Le monde pas très rose de la prostitution au masculin

Un essai examine les relations entre les escorts et leurs clients, en marge de la scène gay de Zurich. Un milieu dont on parle peu, mais qui n'est pas exempt de détresse, de honte et de haine de soi, raconte l'auteur.

14 oct. 2012 | par

prostitution-masculine-zh
Certains des saunas gay zurichois servent officieusement de bordel.

Un monde caché et complexe, échappant aux regards du grand public: il en va ainsi de la prostitution masculine dans le milieu gay. Le journaliste alémanique Olivier Demont a consacré à cette «sous-culture» un essai qui vient de sortir en Suisse. Il s’est intéressé à Zurich, qu’il qualifie de «hot-spot» pour cette activité, attirant des travailleurs du sexe de toute l’Europe et d’Amérique latine, du Brésil, surtout. D’après des estimations, ils sont 700 hommes à proposer leurs prestations, principalement dans les saunas de la ville et via internet.

Comme dans les années 1950
Le travail d’Olivier Demont se singularise par l’intérêt qu’il porte aux clients, dont les biographies sont souvent marquées par une «double vie» ou coming-out tardif. Dans une interview à la «NZZ am Sonntag», il cite le cas d’un peintre en bâtiment de 58 ans, marié et père de famille, visiteur régulier d’un sauna de Zurich officieusement spécialisé dans la prostitution. «Il ne veut rien avoir à faire avec la scène gay, dont il parle avec mépris, explique le journaliste. Cela ressemble à un cliché des années 1950, mais l’homme dit qu’il rencontre sur place beaucoup d’hommes comme lui.» La honte de son orientation sexuelle est prégnante parmi les clients, note-t-il.

«Fantasme du sauveur»
Malgré tout, les rapports prostitué-client sont loin d’être uniformes. «Bien des clients développent vis-à-vis de l’escort le fantasme qu’ils peuvent le sauver, parfois il se voient aussi comme une sorte de père, raconte Olivier Demont. Dans le livre, un psychiatre raconte qu’une passion pour un Cubain lui avait coûté 300’000 francs (250’000 euros). Il y a des prostitués qui abusent de la situation, mais en l’occurrence, le psy ne semblait ne pas regretter son engagement.» L’aspect affectif serait beaucoup plus présent qu’on pourrait le penser, comme en témoigne un autre habitué des saunas, «déprimé et jaloux quand un prostitué, après le sexe, disparaissait dans une cabine avec un autre homme». Autre ressort de cette relation: l’angoisse partagée par de nombreux hommes âgés, qui tentent, auprès des escorts, de se rassurer sur leurs performances physiques.

Haine de tout
L’impression que la prostitution masculine est une activité relativement peu problématique par rapport à la prostitution féminine est trompeuse, note Olivier Demont. Le proxénétisme et l’exploitation seraient monnaie courante. Les Brésiliens, notamment, seraient soumis à la location de chambres à prix d’or. Des jeunes hétérosexuels venus d’Europe de l’Est pour se prostituer forment une population encore plus précaire. «Ils trouvent les Suisses gentils, mais parfois ils éprouvent aussi de la haine – contre leurs clients, contre eux-mêmes, contre tout. La plupart prennent du Viagra ou alors ils tirent une satisfaction narcissique à se sentir attractifs et convoités. Il y a aussi ceux, principalement venus de Roumanie et de Bulgarie, dont les gays se méfient à juste titre. Peut-être qu’ils tirent un profit du sentiment de rabaisser les gays lors des passes. Mais il sont soumis à d’énormes tiraillements intérieurs.»

A l’opposé, l’auteur cite le cas de Manuel, un jeune gay suisse de 20 ans qui vit chez ses parents. Des études interrompues, pas de boulot: il tapine à présent via les plateformes d’escort boys de sites de rencontre gay. «La première fois qu’il a gagné 300 fr. – pour 10 minutes – ç’a été le déclic. L’appât du gain est si fort qu’il ne veut plus chercher un apprentissage. D’après moi, le jeune ne sait pas où cela va le mener.»

«Männer kaufen. Unterwegs mit Strichern und Kunden in Zürich», par Olivier Demont, Salis-Verlag, 200 p.

Partager sur
Thèmes ,
Mise à jour 18.08.2014 08:40
24 972 vues

6 commentaires

  1. Par D. L.:

    Pour ma part , j’aime ce que je fais ,,, je le pratique depuis que j’ai 15 ans avec quelques arrêts pour mes études d’infirmier en Belgique , puis j’ai recommencé alors que je gagne bien ma vie sur le côté .

    Rencontrer de nouvelles personnes , tisser des liens , faire des restos , des voyages ,,, j’aime ça , tout simplement 🙂

  2. Par Pierre:

    On est évidemment bien loin de la bleuette narcissique de Robin Campillo ‘Eastern boys”… On regrettera de ne pas encore pouvoir lire cet essai en français: Le micheton qui se leurre et fantasme son amour paternaliste est une très vieille histoire, et pas qu’homosexuelle. J’ai souvent pratiqué le sexe tarifé… j’essaye d’instaurer un rapport le plus égalitaire possible entre l’escort et moi ; dès qu’il comprend que je ne suis pas dupe de ses talents de vendeur, on peut devenir très copain… Si le rapport n’exclue pas la tendresse aucun sentiment amoureux n’a sa place. Comme si deux hétéros s’étaient envoyés en l’air un peu par hasard et par désœuvrement. Le micheton doit être aussi bon acteur que l’escort… après on est plutôt content d’avoir bien joué le rôle.

  3. Par boboboy:

    Et les dealers prostitués africains en Suisse romande, on n’en parle pas, y’en a pleins les rues, et les réseaux brésiliens dans les saunas genevoises et lausannoises non plus, ils sont là depuis au moins 15 ans pourtant!

  4. Par laurent:

    bref,tout ça a une odeur de solitude d un coté comme d un autre me semble t’il,mais etre gay s est un peu ça!!!!tapin ou pas.

  5. Par alain:

    dommage que ce soit déjà épuisé et qu’il n’y ait pas de version en français

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top