Archives Dubai

Séance de relooking hétéro aux Emirats arabes unis

Des gays et lesbiennes des Emirats arabes unis partent en guerre contre une vidéo prétendument éducative illustrant comment les gays peuvent se «nettoyer» de leur sexualité.

31 janvier 2012 | par

Be Yourself, EAU Films
Dans «Be Yourself», un jeune efféminé subit un traitement de choc de la part de ses camarades.

Un étrange «tutoriel» intitulé «Sois toi-même» a été posté sur YouTube il y a un peu plus d’une semaine. De facture professionnelle, la vidéo met en scène la rencontre entre cinq ados dans une banlieue résidentielle des Emirats arabes unis (EAU). Deux d’entre eux portent la tenue traditionnelle bédouine, tandis qu’un troisième, en t-shirt et en jeans, apparaît efféminé et timide. Il salue les autres d’une voix haut perchées, en jouant avec ses cheveux longs. Deux autres types habillés à l’occidentale les rejoignent. Salutations dans un style macho. Le garçon efféminé rougit quand on l’invite à rentrer dans une villa voisine. Une fois à l’intérieur, ses camarades lui disent qu’il doit changer sa personnalité. «Vraiment, maintenant?», s’inquiète le jeune – «Laisse-nous faire», lui rétorque-t-on.

Dans la séquence, l’ado efféminé suit les instructions de ses amis pour reproduire des gestes «masculins». Puis il subit un relooking pendant lequel ses mains et son visages sont violemment frottés. Ses ongles et ses cheveux sont coupés. A la fin, il reçoit une gifle quand, sur le point de partir, il adresse un «Salut les mecs» sur un ton suraiguë. «Plus grave, la voix», lui ordonne-t-on. En guise d’épilogue, les cinq personnages se rencontrent à nouveau. Le garçon efféminé se distingue moins de ses camarades. Ceux-ci ont l’air heureux et fiers de leur travail. Ils remercient Dieu qui a permis cette métamorphose.

Conditionnement
La vidéo, avec son titre paradoxal, peut paraître ridicule. Elle touche néanmoins des questions profondes pour les gays et lesbiennes émiratis. Fondateur d’un groupe LGBT local, Abullah, 24 ans, estime que s’il l’avait vu à 16 ans, ce clip aurait eu sur lui des conséquences dévastatrices: «A l’époque, ma mère me hurlait dessus si j’agitais trop les mains en parlant. Le seul résultat, c’est que cela m’a conditionné à une attitude raide et robotique. J’étais obnubilé par le fait de garder mes mains immobiles en parlant.» Abdullah ajoute que ses parents le forçaient à raser sa tête pour que ses cheveux ne le fassent pas ressembler à un pédé «de propagande occidentale», ce qui l’humiliait profondément et le mettait en colère.

Fatima, une secrétaire de 31 ans, relève à quel point le clip est absurde. Son réalisateur semble partir du principe que les gays ne sont pas eux-mêmes. «Ils passeraient leur vie à faire semblant d’être quelqu’un d’autre afin de, qui sait… se faire remarquer?» Ali, un étudiant de 25 ans, est indigné. «Lorsque j’ai vu le titre de la vidéo, ‘Sois toi-même’, je me suis dit, Super, enfin ces gens ont appris quelque chose.» Jusqu’au moment où il a découvert un clip bourré de préjugés. «J’étais stupéfait par l’attitude des acteurs qui semblent sûrs et certains que l’on peut guérir l’homosexualité, juste comme ça.»

Peine de mort et flagellation
Les sept émirats des EAU ont chacun leurs propres lois concernant l’homosexualité. Par exemple, elle est passible de 10 à 14 ans de prison, à Dubai et à Abou Dhabi, respectivement. Le Code pénal de la fédération prévoit aussi la peine de mort pour la sodomie, ainsi que des peines de flagellation et l’expulsion. Par ailleurs des psychiatres et psychologues émiratis ont, à différentes reprises, décrit les «comportements de genre atypiques» comme des «troubles» curables au moyen de traitements hormonaux. Pourtant, «l’homosexualité a toujours été partie intégrante de la culture de la péninsule arabique. Elle existait dans la poésie et les écrits des époques islamique et préislamique», rappelle Abdullah.

A l’heure actuelle, l’idée qui domine, c’est que les sexualités alternatives sont des signes d’occidentalisation. C’est le défi que doivent affronter les militants LGBT dans des Emirats dont le boom économique s’accompagne d’une grande confusion des valeurs. «Nous voulons changer cette situation, de manière à ce que les jeunes LGBT vulnérables, comme je l’ai été, n’aient plus à subir ce type de traitement. Peut être que cette vidéo pourrait servir notre cause après tout. Car, à la fin, elle cite un hadith que nous pouvons reprendre à notre compte. Nous affronterons les fausses croyances une personne après l’autre, et si nous ne les changeons pas, nous atteindrons leur coeur», conclut Abdullah, avec une pointe d’optimisme.

Traduction: Antoine Gessling pour «360°»

Mise à jour 31.01.2012 10:22

Sur le même thème

Top