le magazine suisse gay, lesbien, bi et trans | l'actu

faux-flyer1
Un faux flyer diffusé par des opposants au parti islamiste Ennahda. Son slogan: «Etre pédé, c'est conforme à la Chariah».
22 janvier 2012 | par Dan Littauer
6
porno-politique

La Tunisie en pleine «panique homosexuelle»

Deux scandales, dont l'un implique le ministre de l'Intérieur filmé lors d'ébats homosexuels, enflamment la rue tunisienne. Le résultat d'une surenchère d'accusations et d'intox, dont les gays et lesbiennes font les frais.

Le 18 janvier 2012, une vidéo de 45 minutes en noir et blanc était postée sur YouTube: deux hommes ayant des relations sexuelles dans une prison. Quelques gros plans de visages montraient que l’un des protagonistes ressemblait étrangement à Ali Larayedh, l’actuel ministre de l’Intérieur et membre du parti islamiste au pouvoir Ennahda. La mauvaise qualité du clip, qui depuis a été supprimé du site, rend difficile l’identification de l’individu. Mais on sait que dès 1990, Ali Larayedh était détenu pour ses activités politiques au sein d’Ennahda, alors interdit. Il avait écopé de 15 ans de prison. La vidéo a été mise en ligne peu après l’annonce par le gouvernement tunisien que trois mandats d’arrêts avaient été délivrés contre des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, encore noyauté par des anciens fidèles du président déchu.

Le téléchargement de la vidéo a été revendiquée par un militant de gauche, Jalel Brick. Ce dernier a précisé qu’il avait reçu le document d’un officier de la police secrète. Il se pourrait bien que Larayedh ait été victime de ce qu’Ahmed Manaï appelle la «porno-politique». Une des tactiques utilisées par Ben Ali pour discréditer ses opposants politiques dans les années 1990 était l’exposition, voire la fabrication de scandales sexuels. A fortiori homosexuels.

Ennahda «parti de pédés»
Deux jours avant cet incident, le 16 janvier, Naji Behiri, le frère du ministre tunisien de la Justice, était libéré de prison en vertu d’une amnistie présidentielle, bien qu’accusé d’avoir violé un jeune garçon dans sa ville d’origine. «Une vague de colère s’est soulevé dans le pays, accusant Ennahda d’être de mèche avec les homosexuels et les pédophiles, des termes interchangeables, explique Tarek, correspondant de Gay Middle East en Tunisie. Des commentaires homophobes d’une extrême violence ont été postés sur les sites rapportant la nouvelle et les réseaux sociaux, la plupart exigeant que Behiri reste en prison et soit jugé et puni.

Ces deux scandales ont fait naître une sorte de «panique homosexuelle». Certains réclament la démission du ministre de l’Intérieur, son comportement violant les valeurs islamiques, tandis que d’autres exigent qu’il soit inculpé. Le discours public est saturé de théories selon lesquelles le parti est plein d’homosexuels, d’individus qui protègent les gays/pédophiles ou qui sont incapables de protéger la Tunisie d’une épidémie d’homosexualité. On voit aussi circuler des blagues faisant d’Ennahda un parti de «pédés». Une parodie d’affiche du parti diffusée via Facebook (voir ci-dessus), montre deux femmes voilées s’embrassant sur la bouche. Le slogan: «Etre pédé, c’est conforme à la Chariah».

Pour tenter de faire cesser ces allégations, Samir Dilou, un porte-parole du gouvernement tunisien a affirmé que la vidéo était une fabrication et que la vie privée des politiciens ne devait pas être utilisée comme arme politique. Tous les partis ont condamné la vidéo, dont les médias n’ont pas montré le moindre plan.

Guerre des tractes
Cette effervescence homophobe remonte à la période pré-électorale. D’abord, pour discréditer la dictature, Ennahda avait prétendu que Ben Ali, comme son prédécesseur Habib Bourguiba, encourageait l’homosexualité, la prostitution et le vice. Les islamistes s’étaient aussi attaqué au mouvement laïc, jetant le soupçon sur les marches nationales «Aatakni» («Laisse-moi tranquille»). Ils avaient notamment exploité le fait que le drapeau «Peace», similaire à la bannière arc-en-ciel LGBT ait été brandie durant ces défilés pour prétendre qu’il s’agissait de gay prides clandestines. Ainsi, un faux flyer estampillé du logo des partis laïcs mélangeait des images de défilés homosexuels – notamment israélien – aux photos du mouvement laïc tunisien. «Voici des images de la marche Aatakni autour du monde. Cherche avec nous les photos du défilé de Tunis», pouvait-on y lire. Le message était clair: «Aatakni» = pédés = sionistes.

Différents partis d’opposition font les frais de cette tactique. Ici, c’est une image manipulée par des partisans d’Ennahda: un calicot du Parti socialiste est modifié pour qu’on y lise «La sodomie est la base de la république», au lieu de «La liberté est las base de la république». Ce genre de tour de Photoshop ferait fureur sur les blogs et les pages Facebook.

Les partisans d’Ennahda n’en sont pas restés là: ils ont vilipendé tout leader ou personnalité publique opposé à leurs idées au moyen d’allégations scabreuses sur leur sexualité ou leur soutien présumé aux «vices sociaux». C’est notamment le cas de Olfa Youssef, une intellectuelle, auteure, psychanalyste et directrice de la Bibliothèque nationale de Tunisie qui apparaît souvent à la télévision et écrit de nombreux articles sur la liberté, les droits de la femme et les droits humains en général. Elle est continuellement traitée d’amie des prostituées et des «pédés».

Effet boomerang
La «panique homosexuelle» actuelle prend donc ses racines dans les campagnes lancées par Ennahda contre les partis rivaux. Les islamistes ont utilisé des tactiques bien plus radicales et publiques que la «porno-politique» de l’ère Ben Ali. Cela s’est fait en reliant des sujets tabous, comme l’homosexualité et la prostitution, dans le but de semer la peur, de multiplier les rumeurs et de ridiculiser ses contradicteurs. Mais ces discours ont été à leur tour utilisé par l’opposition dans les récents scandales Naji Behiri et Ali Larayedh. Ils ont trouvé un public rendu réceptif par une campagne électorale imprégnée d’homophobie.

«Ce qui me choque le plus, explique Tarek, c’est l’enthousiasme avec lequel l’opposition, qui se fait par ailleurs l’avocat des droits de l’homme et de la démocratie, a sauté à pieds joints dans le discours homophobe utilisés jusque là par les islamistes. Je ne pensais pas qu’ils utiliseraient cette arme. Cela a créé une sorte de consensus et de conscience de l’homosexualité comme quelque chose de mauvais et de malsain.» Principal victime de ce phénomène, la communauté LGBT tunisienne. Dans le public, homosexualité est devenu synonyme de pédophilie et d’hypocrisie, renforçant encore les stéréotypes. «Sous Ben Ali, au moins, nous étions invisibles, conclut le correspondant de Gay Middle East, mais cette campagne a enflammé lopinion, et amène une peur immense pour les gays et lesbiennes vivant dans le pays.»

Traduction: Antoine Gessling pour «360°»