Suisse Suisse

Mieux vaut être orphelin qu’enfant d’homos

L'ultraconservateur évêque de Coire s'est fendu d'une interview à la presse dominicale pour attaquer, en toute mauvaise foi, l'homoparentalité et l'«idéologie» du préservatif dans l'éducation sexuelle.

5 déc. 2011 | par

vitus-huonder
Vitus Huonder, 59 ans, est à la tête du principal diocèse de Suisse, dont dépend notamment l'église zurichoise.

A la tête du plus grand diocèse de Suisse, l’inénarrable évêque de Coire Vitus Huonder descend dans l’arène politique. Sur les traces du chef du Parti démocrate-chrétien Christophe Darbellay et de son mémorable dérapage, le prélat a repris le vocabulaire de la droite pour dénoncer la stratégie des associations LGBT dans la «NZZ am Sonntag». «Il était clair, déjà lors de l’introduction du partenariat enregistré, que l’on avait affaire à la tactique du salami», soupire-t-il. Le fait que des enfants soient déjà élevés aux seins de couples d’hommes ou de femmes ne l’émeut guère. «Ce qui relève du fait ne doit pas absolument être dans l’ordre des choses. Chaque enfant a le droit à une mère et un père. Dans la structure d’un partenariat homosexuel, les enfants sont délibérément privés de ce droit.» Et Mgr Huonder de jouer les casuistes quand on l’interroge sur les familles monoparentales. Selon lui, leur situation est tout autre: «Quand le père ou la mère manquent tragiquement, [...] l’enfant a la possibilité de faire son deuil de cette perte et de la travailler de manière constructive.» Bref, mieux vaut un second parent mort qu’un second parent du même sexe, d’après l’ecclésiastique zurichois.

Souveraineté religieuse
Dans la même interview, Mgr Huonder tape également sur un autre épouvantail de la droite: les programmes d’éducation sexuelle à l’école. L’évêque de Coire en appelle à un droit de dispense. Il n’y aurait pas de problème si l’école donnait simplement des informations scientifiques sur le sida, explique-t-il notamment. Or on y recommande aux enfants d’utiliser des préservatifs. C’est, selon lui, «de l’idéologie, et par conséquent une attaque de l’Etat contre la souveraineté religieuse et la souveraineté éducative des parents.»

Mise à jour 18.08.2014 08:45

Sur le même thème

Top