le magazine suisse gay, lesbien, bi et trans | l'actu

17 nov. 2011 | par François Touzain 
Suisse

Coup de pouce des sénateurs à l’adoption

remise-petition-memes-chances-toutes-les-familles
La pétition «Mêmes chances pour toutes les familles», avait été déposée en juin 2010.

Contrairement au Conseil national, la commission des affaires juridiques du Conseil des Etats a donné suite, hier, à la pétition des Familles arc-en-ciel. Une motion sera débattue en plénum.

La pétition «Mêmes chances pour toutes les familles», déposée en juin 2010 avec 19’380 signatures, demandait notamment l’ouverture de l’adoption et la reconnaissance des familles homoparentales existantes. Les sénateurs lui ont emboîté le pas, hier. La Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats a non seulement reconnu le bien-fondé des demandes des homoparents, mais aussi entériné une motion de Claude Janiak (PS/BS) recommandant l’ouverture de l’adoption pour l’enfant du ou de la conjointe. Elle propose que toute personne adulte, quel que soit son état civil ou son mode de vie, puisse adopter si cette solution est la meilleure pour le bien-être de l’enfant. Surprise: le texte n’a recueilli aucune opposition parmi les 10 sénateurs membre de la commission. Même pas celle d’Hermann Bürgi (UDC/TG), son président.

«Nous nous réjouissons énormément du fait que la commission des affaires juridiques du Conseil des Etats reconnaisse la réalité de milliers de familles arc-en-ciel et accomplisse ainsi un premier pas vers une solution juridique sensée», a réagi Chatty Ecoffey de l’organisation faitière Familles arc-en-ciel.

«Le bien des homosexuels»
Les associations homoparentales ne sont pas au bout de leurs peines. La motion sera soumise en plénum des deux Chambres fédérales. Or le 30 septembre dernier, le Conseil national avait rejeté la pétition, suivant l’avis de sa propre commission des affaires juridiques. Son rapporteur Yves Nidegger (UDC/GE, voir vidéo ci-dessous), invité sur le plateau du 19:30 de la TSR, a fustigé le projet: «Les règles qui régissent l’adoption ont un principe cardinal qui est le bien de l’enfant. Les militants homosexuels ont un principe cardinal, qui est le bien des homosexuels.»