Sexualités Australie

Speedo n’aime pas qu’on fantasme sur son dos

On ne badine pas avec les slips en lycra. C'est ce qu'un jeune bloggeur australien, fétichiste des maillots de bain Speedo, a découvert à ses dépens. La marque lui réclame des dommages et intérêts.

23 sept. 2011 | par

speedo-pixel

Dave Evans alias «Aussiespeedoguy», 24 ans, avait créé plusieurs sites érotiques à la gloire des maillots de bain de marque Speedo, et à ceux qui les portes.. et les enlèvent. Autant d’hommages homoérotiques qui n’ont pas été du goût du célèbre équipementier, pour qui les sites, qualifiés de «salaces», «menaçaient le nom et la réputation» de la marque, ainsi que des athlètes qui lui sont associés. Prétextant une violation de copyright, la société australienne attaque Evans en justice. Elle demande la fermeture des noms de domaines enregistrés par Evans et des dommages et intérêts «considérables», rapporte le «Sydney Morning Herald», relayé par PinkNews.co.uk.

Le jeune bloggeur, qui se décrit comme «totalement fétichiste» des Speedo serait dans la panade. Malgré le caractère commercial de ses sites, il a expliqué sur Twitter qu’il n’avait pas les moyens de se payer un avocat. Il soutient que le nom de la marque est devenu générique, comme «Aspirine» ou «Zipper».

Partager sur
Mise à jour 18.05.2015 08:40
5 135 vues

Sur le même thème

Top