Culture Mythe

Gandhi bisexuel, fasciné par un culturiste

L'icône de l'indépendance indienne aurait vécu une longue romance homosexuelle pendant sa période sud-africaine, suggère un ouvrage controversé qui vient de sortir aux Etats-Unis.

28 mars 2011 | par

kellenbach-gandhi
Mohandas Karamchand Gandhi avec Hermann Kallenbach (assis, à dr.), en 1913.

Une biographie récemment parue aux Etats-Unis du Mahatma Gandhi écorne quelque peu le mythe du grand ascète indien. Dans «Great Soul», Joseph Lelyveld, un journaliste du «New York Times» s’intéresse de près à la sexualité du leader. Il avance, en particulier, qu’il a entretenu une passion avec un architecte juif d’origine allemande du nom d’Hermann Kallenbach en Afrique du Sud.

Allusions osées
Lelyveld s’appuie la correspondance de Gandhi pour affirmer que ce dernier aurait quitté sa femme en 1908 pour Kallenbach. Il avait alors 39 ans, et l’architecte allemand, par ailleurs adepte du culturisme, 48. «Votre portrait (et lui seul) repose sur le manteau de cheminée de ma chambre à coucher… face au lit», lui écrit-il. Dans un autre message, il lui confie «à quel point [il a] pris possession de [son] corps.» Lelyveld relève que leurs lettres sont parsemées d’allusions cryptées (mais néanmoins transparentes). Gandhi y parle de lui-même comme de la «Chambre haute» et de Kallenbach comme la «Chambre basse». Pour couronner le tout, il écrit un jour que la Vaseline lui rappelait son ami.

Relation épistolaire
La relation aurait duré jusqu’au départ de Gandhi pour l’Inde, en 1915, mais continue sous forme épistolaire dans les années 1930. Les deux amis se reverront à la fin de la décennie, quand Kallenbach est enrôlé par les futurs dirigeants du futur Etat d’Israël pour approcher Gandhi et obtenir son soutien à l’entreprise sioniste. Kellenbach meurt en 1945, trois avant avant l’assassinat du Mahatma.

Ce n’est pas le seul aspect controversé de l’ouvrage de Lelyveld, qui décrit l’inspirateur de l’indépendance indienne comme un homme en proie à un appétit sexuel guère en harmonie avec ses idéaux ascétiques qu’il professait depuis son ashram. Le livre décrit également Gandhi comme animé de profonds préjugés à l’encontre des noirs en Afrique du Sud.

Partager sur
Mise à jour 23.12.2015 12:20
27 771 vues

4 commentaires

  1. Par chadegouttière:

    Gandhi bisexuel, si c’est vrai, tant mieux pour la visibilité des bi : on aime souvent avoir des personnages historiques, stars, etc. à qui s’identifier. Et on en trouve +/- selon son orientation sexuelle et son identité de genre…

    Par contre, “raciste” !
    Ca me semble etre une insulte gratuite, peut-etre causée par des interprétations hasardeuses de quelques phrases sorties de leur contexte comme on le fait souvent pour attirer l’audience.
    Toute la vie de Gandhi (son bilan philosophique et politique) et même sa mort (assassiné par un fachiste hindou) plaident pour l’exact contraire.
    C’est un très grand humain pour moi.

  2. Par Pecher Jacques:

    Je me permets de réagir aux “accusations” dont on charge Gandhi au sujet de sa sexualité et de son attitude envers les noirs. Qu’il ait eu des tendances bisexuelles, j’aurais envie de répondre et alors. A qui a-t-il nui à les avoir eues?
    Quant au racisme envers les noirs, je tiens l’accusation comme parfaitement malhonnête parce qu’elle est citée avec une intentionnelle omission.
    En effet, car si Gandhi a eu des propos racistes vis à vis des noirs, il est bien plus certain encore qu’il a revu sa copie dès les années 1908 – 1909.
    Et ce que je tiens comme inacceptable, c’est que l’on présente ses erreurs de jeunesse comme constantes jusqu’à la fin de sa vie.
    C’est oublier qu’il a soutenu l’ANC sans restriction, qu’il n’a pas manqué de soutenir la cause des afro-américains dont les leaders entretenaient une correspondance suivie avec lui.
    En 1935, des afro-américains sont venus le visiter et ont chanté devant lui.Après les avoir entendu, il est resté silencieux et leur a ensuite tenu ces propos prophétiques: “Peut-être que les noirs reprendront le flambeau de la Non-violence après moi”
    Le fait est rapporté par Louis Fischer dans sa biographie de Gandhi qui disait d’ailleurs de lui que celui-ci s’inquiétait particulièrement de leur situation.
    D’ailleurs le “raciste” Gandhi assimilait les afro-américains aux intouchables et il n’a pas hésité à proclamer que le combat mené par les anglo-américains est inutile si il ne s’accompagne pas d’une amélioration du sort des Afro-américains et des peuplades amérindiennes.
    J’espère que cette petite mise au point dissipera certains malentendus provoqués par des omissions qui décidément sentent le souffre.

  3. Par Bandit:

    de nombreux journalistes on “oublié” de signaler non seulement que monsieur Gandhi est un pervers sadique et xénophobe, nuisible à la société dans le monde, MAIS également un DANGEREUX PSYCHOPATHE de l’amour universel dont sa vision de la vie est complètement paranoïaque!!! Il y a encore des tas choses non dites et que l’on va certainement découvrir dans les années a venir, on peux faire confiance aux anti-Gandhi. Vive le néocolonialisme!!!
    Ceci n’est pas un poisson d’Avril,puisque je vous le dit!!!
    alors que l’intéressé disait lui même:
    “l’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie: la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.” Gandhi.
    Que son Âme puisse reposer en paix éternellement, loin des tumultes de notre monde. Là où il est il doit bien rigoler de ce qu’on dit de lui en ce moment et finalement c’est ça qui est le plus essentiel…

  4. Par bruno H:

    Je ne vois pas de scandale à être bisexuel, par contre raciste oui, je tombe des nues, le chantre de l’amour des peuples et de la non-violence je tombe de haut!!!!!

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top