Culture Sous-culture

L’«argot gay» sur la liste des langues en danger

L'Université de Cambridge vient d'ouvrir un site destiné à la préservation de 3524 langues qui risquent l'extinction. On y trouve le polari, un parler qui avait cours au sein des cercles gay britanniques jusqu'au milieu du siècle dernier.

10 déc. 2010 | par

polari

Le répertoire dressé par les chercheurs de Cambridge ne contient pas que des langues locales, parmi lesquelles le romanche pour la Suisse ou le breton en France. Mais on y rencontre également le polari, un argot qui aurait été pratiqué (bien que les linguistes sont toujours partagés sur le sujet) dans la sous-culture homosexuelle des grandes villes anglaises. Cette «langue» aurait décliné dès les années 1960, époque où l’homosexualité commence à être socialement reconnue. En effet, ce parler plutôt hétéroclite, empruntant au verlan, au yiddish et à l’italien, était employée à des fins de dissimulation sociale. On lui doit notamment des termes comme «fag hag» (copine à pédé), «butch» ou l’adjectif «camp» (folle).

Par le biais de cette base de données collaborative, accessible librement sur le Net, les linguistes de la prestigieuse uni britannique espèrent rassembler des éléments de littérature orale ou de folklore disséminés à travers le monde.

Une scène du film «Velvet Goldmine», de Todd Haynes (1998), comprenant un dialogue en polari (sous-titré en anglais):

Partager sur
Thèmes , ,
Mise à jour 04.02.2017 09:45
6 280 vues

Un commentaire

  1. Par Philippe Kadosch:

    Ethn’opéra des Langues en Danger

    Bonjour,
    Je ne suis pas linguiste de profession, mais un compositeur passionné par les civilisations et cultures du monde depuis toujours. Au cours de mes recherches j’ai eu la sensation de mettre la main sur la matière première des langues du monde qui s’effacent peu à peu de notre monde contemporain. Ce matériel sonore est devenu la «Musique des Langues Vierges»
    Je vous présente ici la création BabelEyes sous toutes ses formes :
    http://www.babeleyes.com

    Philippe Kadosch

La section commentaires est fermée.


Sur le même thème

Top