le magazine suisse gay, lesbien, bi et trans | l'actu

19 oct. 2006 | par Rédaction 360°
Archives

Les policiers gays londoniens accusés de publicité offensante

La “Gay Police Association” avait publié une publicité dans The Independent en juillet à l’occasion de l’Europride qui dénonçait la relation entre les actes homophobes et les croyances religieuses.

L’annonce montrait une tâche de sang à côté d’une Bible, accompagnée du texte suivant : “Dans les 12 derniers mois, le GPA a enregistré une hausse de 74% des incidents homophobes dont la motivation première ou unique était les croyances religieuses de l’auteur”.
La parution de l’annonce avait provoqué plus de 500 plaintes émanant de groupes chrétiens qui affirmaient qu’elle provoquait la haine religieuse. Le mois dernier, la justice britannique, par le biais de la Crown Prosecution Service, avait annoncé qu’elle ne donnerait pas suite à ces plaintes et ne poursuivrait pas la GPA.
Dans un arrêt rendu hier, l’autorité de contrôle des publicités (Advertising Standards Authority) a déclaré que l’image, comme le texte, avaient pu être source d’offense pour les lecteurs chrétiens. Selon l’ASA, l’utilisation de l’image du sang n’est pas appropriée pour des attaques qui ne seraient pas majoritairement violentes et les chiffres publiés ne seraient pas suffisamment avérés.
Kevin Boyle, porte-parole de la GPA affirme avoir toutes les preuves matérielles pour soutenir les statistiques annoncées mais que certaines données sont couvertes par le secret d’une enquête criminelle en cours. Il rappelle que le rôle de l’ASA est de protéger les consommateurs et pas de répercuter l’avis des groupes chrétiens d’extrême-droite qui mènent une campagne anti-gay et que la justice a débouté.
Il annonce que la GPA ne se soumettra pas aux injonctions de l’organe de contrôle et fera appel contre cet arrêt : «Nous n’allons certainement pas nous soumettre à un arrêt qui nous demande de ne publier que des annonces qui ne gênent personne. La liberté d’expression est plus importante que le risque d’offenser des pensées individuelles.»

(Source : Pinknews)